AntiMafia

Un blog pentru neliniştea dumneavoastră

Legile siguranței naționale, uitate la secret – ep.3

Revenim astăzi cu legile care privesc Statutul Profesional și de Carieră al Ofițerilor de Informații

Ne ascultă convorbirile telefonice, dar au uitat de legile securității naționale

Preocupați din cale-afară să bage pumnul în gura electoratului care i-a așezat la palatele Victoria și Cotroceni, Victor Ponta și Traian Băsescu au dat uitării definitiv legile securității naționale. La umbra atentatului de la Burgas, cei doi coabitaci informativi au anunțat că nu mai putem vorbi liniștiți nici de pe cartelele telefonice pre-plătite. Serviciile secrete din care cei doi fac parte cu tot neamuri, dosare, fotografii și alte înregistrări ( că altfel nu ajungeau oameni mari în stat), au reușit să-i convingă încă din vara anului trecut, să aprobe în Consiliul de Apărare al Țării interceptarea convorbirilor efectuate pe cartele pre pay. De aici și până la inițiativa legislativă a ofițerașului Sebastian Ghiță, alt apropiat al premierului-dottore, a fost numai un pas.Image1

Și uite așa, hotărâri importante care țin de siguranța națională, inclusiv modul în care vom fi interceptați, filați și urmăriți de serviciile secrete, se iau deocamdată tot în conformitate cu  Legea nr. 51/1991. O lege ale cărei prevederi intră în contradicţie cu legislația internaţională în domeniu şi cu noua Constituţie, dar care rămâne cadrul legal de funcționare a serviciilor de informaţii şi structurilor informative SIE, SRI, structuri MAPN, ale Ministerului de Interne şi ale Ministerului de Justiţie. Referitor la  noul pachet de legi ale siguranței naționale, putem spune că s-au făcut pași mici și rari. De abia în 2005 a fost făcută o propunere legislativă pentru modificarea şi completarea Legii 51/1991. După ce președinția și serviciile secrete au înaintat propriul proiect, declanșând ditamai scandalul, s-a constituit o comisie parlamentară pentru elaborarea unor legi noi privind securitatea națională, care avea termen de predare 1 septembrie 2010. De fapt, nu s-a făcut nimic. Legea securităţii naţionale a fost adoptată tacit de Camera Deputatilor prin depăşirea termenului pentru dezbatere şi vot final. Senatul a respins-o definitiv în mai 2012. De atunci, nimeni nu și-a mai asumat răspunderea unor legi noi în domeniu. Nederanjați de lipsa legislației, coabitacii Ponta și Băsescu lucrează la secret, anunțând după un an, că tot ce vorbim la telefon este ascultat. Cel mai probabil, la anul, pe timpul ăsta, vom afla și noi, că duetul Ponta-Băsescu a hotărât să bage fiecărui contribuabil câte un microfon în fund. Așa, preventiv, la secret și din banii noștri.

În speranța că cineva îi va trezi la realitate pe Ponta și Băsescu înainte de a mai aproba în CSAȚ și alte trăznăi, vă prezentăm pachetul de legi privind securitatea națională care cuprinde:

Lege privind organizarea şi funcţionarea Serviciului de Informaţii Externe – gândită de generalul securist Silviu Predoiu ;

Lege privind organizarea şi funcţionarea Serviciului Român de Informaţii – gândită de generalul-bilețel Florian Coldea ;

Legea securităţii naţionale a României – gândită profund de Traian Băsescu (indiferent ce grad ar avea );

Legea privind activitatea de informaţii, contrainformaţii şi protecţie;

Legea privind statutul profesional şi de carieră al ofiţerilor de informaţii.

Image1 Image2 Image3 Image4 Image5 Image6 Image7 Image8 Image9 Image10 Image11 Image12 Image13 Image14 Image15 Image16 Image17 Image18 Image19 Image20 Image21 Image22 Image23 Image24 Image25 Image26 Image27

 

21/07/2013 Posted by | Armata, Ciocoii de serviciu, Deontologii, presa si serviciile secrete, KGB, Ministerul de Interne, Securistii vechi si noi, Serviciul Roman de Informatii, Servicul de Informatii Externe | Lasă un comentariu

Dezvăluiri senzaționale despre dosarele Revoluției și despre crima organizată la nivel de stat

cotidianul Sâmbãtã, 20 iulie 2013, 12:40

Senatorul Valer Marian: Mi-au scris pe uşă: ”Nu vei scăpa, vei muri!”
Valer-Marian11
Dosare închise

Sunteţi unul dintre puţinii oameni care au rezistat în timp presiunilor de tot felul şi aţi continuat cu dezvăluirile cutremurătoare din zona corupţiei instituţionalizate. De unde atâta forţă ?

Nu e vorba de forţă, ci de crez. Sunt adeptul spunerii adevărului şi îndreptării lucrurilor. Am fost animat de dorinţa de adevăr şi dreptate încă de tânăr, acesta a fost şi motivul pentru care am urmat Facultatea de Drept, am devenit procuror şi am căutat şi înainte de 1989 să fac dreptate, în pofida unor legi abuzive sau a unor oprelişti politice. Am participat activ la Revoluţie, iar apoi, în calitate de procuror am participat la cercetarea reprezentanţilor sistemului comunist în judeţul Satu Mare, împreună cu tinerii mei colegi am efectuat percheziţii şi am întocmit dosare. Primul secretar al judeţului a fost atunci condamnat la patru ani de închisoare, unul dintre puţinii secretari care au primit vreo pedeapsă pentru abuzurile săvârşite. Pe urmă am fost detaşat să lucrez în comisia guvernamentală pentru anchetarea evenimentelor din Decembrie ’89; am lucrat în principal la anchetarea dosarului Nicu Ceauşescu, la Sibiu, dar şi în anchetarea altor dosare conexe. Am demisionat însă în august 1990, în semn de protest faţă de tendinţa de tergiversare şi muşamalizare a dosarelor Revoluţiei. Am constatat, după 4-5 luni de activitate, că nu se urmăreşte aflarea adevărului, acea comisie de anchetă având mai mult rolul de a arunca praf în ochii românilor care atunci doreau pedepsirea vinovaţilor din regimul opresiv şi cine a orchestrat din ţară şi din străinătate măcelul de atunci. Întocmeam atunci dosarul „RomBac” din care reieşea implicarea sovieticilor în România. Pe scurt, era vorba despre zborul unui avion Rombac la Sibiu în seara de 20 decembrie, ciudat, pentru că de obicei se zbura cu Antonov-uri.

În acel avion erau în jur de 90 de pasageri, 30 de români în partea din faţă…pe primul loc stătea chiar actualul mitropolit al Clujului, Andrei Andreicuţ, pe-atunci episcop de Alba. În partea din spate stăteau 60 de „băieţi” înalţi, majoritatea blonzi care vorbeau o românească stricată, cu accent basarabean. Au coborât cu 300 de genţi diplomat de diverse mărimi. O angajată de la aeroportul Otopeni mi-a spus că la plecarea „băieţilor” din Bucureşti unul dintre ei a scos trei buletine diferite cu aceeaşi fotografie. Am verificat şi lista pasagerilor, iar la domiciliile din buletine figurau fabrici, uzine şi instituţii publice din diverse judeţe.

În acest dosar am solicitat relaţii de la SRI şi de la USLA, pentru că bănuiala mea a fost şi este că ei au declanşat evenimentele sângeroase de la Sibiu. Ei au fost cei îmbrăcaţi în combinezoane negre, au deschis focul pe 22 la prânz, la câteva minute după anunţarea fugii lui Ceauşescu. Doi dintre ei au urcat pe clădirea Policlinicii, între sediile Securităţii şi Miliţiei pe de-o parte şi sediul Unităţii 01512, sediul Academiei Forţelor Terestre din România. Unul dintre ei l-a împuşcat exact în frunte pe soldatul de gardă de la poartă, fapt care a atras riposta armatei care a avut senzaţia că s-a tras dinspre clădirea Securităţii. Cred că tot aceşti indivizi au declanşat carnagiul prin focul de simulatoare declanşat în apropierea unităţilor militare şi la unele clădiri civile, Din păcate, nici SRI, nici USLA – care avea agenţi în civil pe toate zborurile – nu au vrut să coopereze. Văzând că nimeni nu cooperează, pentru a nu fi acuzat mai târziu că am participat la această muşamalizare, am demisionat, am lucrat 18 ani în presă unde am continuat să atac nelegiuirile din sistem.

Image1

Dezvăluiri incomode

Şi, din păcate, dezvăluirile dumneavoastră s-au verificat în timp…

Vreau să spun că atunci am constatat că am fost monitorizat de serviciile secrete româneşti, pentru că în declaraţia mea de demisie şi în interviul pe care l-am dat atunci, i-am criticat pe preşedintele Ion Iliescu şi pe directorul SRI Virgil Măgureanu. Am fost urmărit şi de serviciiile ruseşti. Am aflat acest lucru după vreo doi ani, de la şeful SRI Satu-Mare care mi-a spus că la Hotelul Dacia în camerele în care erau cazaţi străinii şi unde se practicau metodele vechi de verificare a bagajelor în lipsa lor, s-a găsit o hârtie cu numele şi adresa mea. Într-o seară, după demisie, ajungând acasă am găsit pe uşă, scris cu culoare roşie „Nu vei scăpa, vei muri!” Am continuat însă în presă, având o poziţie critică faţă de toate guvernările, am avut o suită de dezvăluiri în mare parte preluate şi de presa centrală, vis-a-vis de Văsălie Moiş, vicepreşedintele Senatului, care în urma acestor anchete nu a mai fost propus pentru o nouă candidatură…În urma anchetelor din cei 18 ani de jurnalism, au fost demişi sau au demisionat şeful poliţiei judeţene, un şef al secţiei SRI Satu Mare, un preşedinte al CJ, aparţinând UDMR, un primar PSD al municipiului, care a şi fost arestat pentru fapte de Image2corupţie…

Sunteţi cam periculos…Cum reacţionează colegii de partid, nu vă spun că aţi luat-o „pe arătură”?

Prin conduita mea am dovedit că eu am fost constant, că n-am luat-o deloc „pe arătură”. Poate că am greşit în 2008 că am intrat în politică, înscriindu-mă în PSD, însă văzusem că după 2000 au intrat oameni de valoare, tehnocraţi… Pe timpul guvernărilor PDL-PSD şi PDL- UDMR am reluat anchetele privind contrabanda cu ţigări protejată de la cele mai înalte nivele. În 2010, am început în trombă cu declaraţii critice la adresa guvernării PDL-UDMR. Eu făceam declaraţii în Senat, Victor Ponta în Camera Deputaţilor, arătând cu degetul spre mafia Băsescu- Boc- Igaş-Udrea –Blejnar. Eu am fost cel care a descoperit o serie de afaceri necurate ale şefului ANAF. Acesta a trimis pe urmă controalele peste ziarul la care lucrasem şi peste firmele cărora le făceam publicitate. Tot eu i-am arătat adevărata faţă lui Traian Igaş, despre care preşedintele Băsescu spunea că „în sfârşit vom avea ministru de interne un jurist tânăr şi pregătit”. Ori eu am descoperit că fusese repetent în liceu, că a făcut facultatea de drept „la apelul bocancilor”, la mare distanţă şi nu stăpânea noţiuni elementare de drept. Când am scris şi am vorbit despre Blejnar, despre implicarea Elenei Udrea în cazul ALRO şi despre Traian Igaş, am fost supus timp de patru luni unei monitorizări complete, pe de-o parte de către SRI, pe de altă parte din partea DGIPI, fostul „doi şi-un sfert”. În perioada respectivă, fiica mea a primit nenumărate ameninţări cu moartea, de asemenea a fost ameninţată şi mama mea, pensionară, văduvă. Personal n-am primit nicio ameninţare şi nici n-am fost supus atunci vreunei campanii de demonizare, aşa cum se-ntâmplă acum Atunci am fost felicitat, inclusiv de Victor Ponta , de toţi colegii mei.., de Mircea Geoană, de Ilie Sârbu.. Mi-au spus, „du-te şi spune adevărul!”.

Reacţia sistemului

Interesul poartă fesul.

După ce Victor Ponta a ajuns premier, m-am dus la el şi i-am spus;”Domnule preşedinte, aş vrea să fac nişte declaraţii şi despre pretorienii lui Băsescu, despre şefii serviciilor secrete, despre procurorul general Codruţa Kovesi şi despre şeful DNA, Daniel Morar”. Victor Ponta mi-a spus: „Noi nu ocrotim pe nimeni, daţi-i înainte”. După câteva luni, am început cu şefii serviciilor, cu generalul Burian de la SPP, cu generalul Opriş de la STS, cu generalul Coldea, prim-adjunctul de la SRI şi am finalizat cu generalul Predoiu, adjunctul de la SIE. Am constatat însă după ceva timp că Victor Ponta nu–mi mai răspundea la telefon, mă evita la întâlnirile de partid şi am înţeles că motivul răcirii relaţiilor era faptul că l-am atacat inclusiv pe şeful SRI, George Maior, naşul de cununie al premierului. Fac menţiunea că la o întâlnire cu profesorii mei de la facultate, l-am întâlnit şi pe cunoscutul scriitor Augustin Buzura, socrul lui George Maior. Profesorii mei m-au prezentat domnului Buzura căruia-i citisem toate cărţile şi el m-a felicitat pentru declaraţiile mele. Dar zic:”ginerele dumneavoastră-i cam supărat, pentru că am spus că şeful de facto al SRI este generalul Coldea”. Mi-a răspuns: „Păi, domnule senator, eu i-am spus asta de mult”. Şi s-a ajuns la o răceală…

Şi răceala s-a transformat în ură..

Da, a urmat o scrisoare deschisă după ce am văzut că nu-mi mai răspunde la telefon, apoi am semnalat nişte lucruri pe care nu le consideram la locul lor în partid şi în parlament şi pe care le împărtăşeau sau chiar mi le împărtăşeau şi alţi colegi că au dat Constituţia şi Codul Electoral pe mâna a doi repetenţi –preşedintele Senatului şi preşedintele Camerei Deputaţilor -, că în comisia de revizuire a Constituţiei au fost numiţi mulţi jurişti mediocri „făcuţi” la facultăţi obscure de drept, că regionalizarea ţării a fost dată pe mâna unui „căpitan de judeţ”, Liviu Dragnea…

Eu am vrut să mă retrag din funcţia de preşedinte PSD pe judeţ de anul trecut după referendumul de demitere a preşedintelui, avînd un rezultat slab, după mine fiind doar judeţele Harghita şi Covasna, însă colegii, şi de la centru şi din judeţ nu m-au lăsat, considerând că trebuie să mergem împreună, să continuăm. Şi la locale şi parlamentare am avut cel mai bun rezultat din istoria judeţului, am detronat UDMR de peste tot, fiind o premieră în ultimii 12 de ani. Şi-atunci am fost felicitat, nu mi-a spus nimeni c-aş avea vreo deviaţie politică, psihică sau sexuală…

Deh, discreditarea clasică, sportul aruncării găleţii cu lături…De unde a început războiul ?

De unde a început războiul? Am fost chemat la sediul central înainte de Congres, unde mă aşteptau Victor Ponta şi Liviu Dragnea. Preşedintele mi-a spus că are toată stima şi tot respectul pentru ceea ce am făcut, dar că nu mai rezistă la atâtea telefoane primite de la ambasadorul american sau de la Washington, în legătură cu declaraţiile mele antiamericane. Şi am întrebat: „Ce declaraţii antiamericane am făcut domnule preşedinte?”. Mi-a spus că i-au deranjat declaraţiile mele despre şefii serviciilor secrete, Maior, Coldea şi despre Kovesi şi Morar. I-am spus că, după ştiinţa mea, respectivii sunt cetăţeni români şi părinţii lor sunt români şi nu ai SUA. Mi s-a mai reproşat că de ce-l ţin consilier pe Ovidiu Ohanesian, care e nebun de-a binelea. L-am întrebat: ”Dar cum vă permiteţi aşa ceva, că este un absolut normal?” Păi, c-a scris despre mine c-aş fi fost racolat de SIE, mi-a răspuns Victor Ponta.

Şi nu l-aţi întrebat dacă e aşa sau nu ?

Nu i-am pus această întrebare pentru că ştiam şi eu că este aşa, din alte surse decât Ovidiu Ohanesian. Şi-atunci i-am propus să facem o înţelegere, eu să renunţ să mai candidez, dar să pot face orice declaraţii în continuare. Mi s-a spus că pot face orice. La Conferinţa Judeţeană însă mi s-a cerut să candidez. Liviu Dragnea a aterizat cu un helicopter să-mi spună că totul va fi ok, că vom merge înainte. Eu am crezut că va fi în regulă, însă a început această campanie de demonizare şi de terfelire a numelui meu, coordonată de o echipă sosită la Satu Mare din aprilie, condusă de un general Adam care a activat în celebrul batalion de cercetare-diversiune al DIA de la Buzău, şi care este un fel consilier pe „probleme murdare”, cum zic americanii. Se ocupă de votanţii şi de criticii primului ministru. În această campanie am fost făcut beţiv, violent, homosexual, informator al securităţii, nebun.., mai nou văd că asta e placa.

Contraatacul

Cu celebrul autodenunţ care a fost povestea ?

Am aşteptat să se finalizeze ancheta DNA care a început în trombă în luna august anul trecut, prin audierea a sute de alegători, în multe cazuri în condiţii abuzive, neprocedural, pe capota maşinilor sau punându-i pe oameni să jure pe Biblie. A urmat începerea urmăririi penale împotriva lui Liviu Dragnea, dar curios, după alegerile parlamentare s-a aşternut o tăcere totală, dosarul rămânând în coadă de peşte. A urmat acel pact nefast de coabitare între premierul Ponta şi preşedintele Băsescu şi am început să mă gândesc că probabil tergiversarea acestui dosar ar fi una dintre condiţiile coabitării şi chiar una din condiţiile numirii Laurei Codruţa Kovesi ca şef al DNA, ea fiind cea care a deţinut funcţia de procuror general al României, calitate în care a dirijat cercetările după referendum.

Şi-aţi învăţat drumul spre DNA ..

Am mai fost odată pe la DNA, în 2005, când am depus o sesizare pentru acte de abuz şi de corupţie împotriva fostului procuror Ioan Amăriei şef PNA şi a procurorului general de-atunci, Ilie Botoş. După opt ani, am trecut din nou pe la DNA, în legătură cu activitatea infracţională a lui Liviu Dragnea din perioada referendumului.

Ce v-ar putea face să vă opriţi ?

Aşa cum am mai spus, nu impresionează şi nu mă intimidează deloc „elanul” premierului Victor Ponta, şi el un „căpitan de judeţ” ca vicepremierul Liviu Dragnea. Îmi asum întreaga responsabilitate pentru autodenunţ, am proprietatea termenilor şi cunosc consecinţele, pentru că aşa cum am spus, am fost procuror mai mulţi ani şi am absolvit facultatea de drept cu media aproape 10. Acum, având în vedere extensia mafiei transpartinice în România şi dezamăgirile românilor faţă de majoritatea clasei politice iau foarte serios în calcul plecarea din politică şi întoarcerea la meseria de bază, cea de procuror, prin care mă voi putea alătura şi eu luptei anticorupţie.

Suntem de fapt în situaţia Italiei din perioada „capturării” statului de către sistemul mafiot. Avem soluţii de ieşire ?

Am tot sperat că schimbarea în bine o va rezolva clasa politică prin propria-i asanare, prin promovarea oamenilor capabili, profesionişti, am sperat că votul uninominal va fi un factor catalizator în acest sens, dar din păcate, după aproape cinci ani de activitate politică am constatat că a scăzut mult calitatea profesională a parlamentarilor şi implicit nivelul dezbaterilor. Am spus şi presei la ieşirea de la DNA că aştept finalizarea anchetei şi singura soluţie ar fi declanşarea unei operaţiuni de amploare gen „Mâini Curate- Mani Pulite” precum în Italia anilor ’90, când a existat o revoluţie a magistraţilor, când procurori şi judecători de instrucţie au declanşat anchete pornind de la Mafie şi ajungând la întreaga clasă politică. În urma acestei acţiuni a fost destructurat tot eşicherul politic italian ancorat în sistemul mafiot.

Dar mai avem oare procurori liberi, care alături de dumneavoastră să fie în stare să treacă peste anumite ordine venite „de sus”?

Procurori cinstiţi ar mai fi, dar e nevoie şi de mult curaj, motivare şi implicare. E o şansă şi pentru procurori să se reabiliteze în faţa naţiunii şi cred că ar fi singura soluţie actualmente, pentru că în România nu mai este loc pentru un sistem autoritarist de genul unei dictaturi militaro-tehnocratice luminate ca în Turcia lui Kenan Evren, pentru că nu avem generalii „luminaţi” capabili de aşa ceva şi nici nu mai suntem în anii’80. Aşa că din punctul meu de vedere, soluţia pe care o întrevăd este revoluţia” magistraţilor.

Marcel Bărbătei Publicat Vineri, 19 iulie 2013
image-41 image-42
Patimile procurorilor

Marea minciună naţională numită dosarul Revoluţiei a demarat la începutul anului 1990, odată cu ancheta oficială. Între timp, majoritatea şefilor organelor de represiune ceauşistă se ascundeau sau făceau copii după dosarele grele ale Securităţii. Kilometri de documente din arhivele Armatei şi ale Securităţii erau tocate cu maşini speciale sau arse în curţile unităţilor MApN. Mai ales dosarele întocmite de ofiţerii de contrainformaţii pe spaţiul sovietic sau cele care priveau cârtiţele URSS din România. Totul se petrecea sub nasul lui Virgil Măgureanu, viitor şef al Serviciului Român de Informaţii. Oficial, arhivele partidului şi ale serviciilor secrete au intrat în custodia Armatei, inclusiv bazele de date ale Centrului de Informare şi Documentare de lângă biserica Creţulescu. Totul a fost ascuns sau secretizat. Neoficial, până în 1996, documentele microfotopunctate conţinând reţele Departamentului de Informaţii Externe (Centrul de Informaţii Externe) din străinătate şi dosarele ilegalilor au fost pierdute. În aceste condiţii, o mână de procurori, în majoritatea lor tineri, instrumentau dosarele Revoluţiei. Unii dintre aceştia şi-au făcut datoria cu abnegaţie şi devotament, în ideea că nimeni nu este mai presus de lege. Despre ascunderea adevărului şi muşamalizarea faptelor şi intimidarea martorilor a vorbit şi senatorul Valer Marian, unul dintre primii oficiali români care au atras public atenţia asupra minciunii la nivel de stat. Dealtfel, în iunie 1990, procurorul Valer Marian, implicat în anchetarea evenimentelor Revoluţiei şi-a dat demisia din Procuratură, protestând împotriva implicării serviciilor secrete şi al politicului în actul de justiţie. La vremea aceea, demisia sa mediatizată în presa centrală, demonstra în ce condiţii lucrau procurorii la dosarele sensibile ale Revoluţiei. Fostul procuror acuza “lipsa de cooperare şi obstrucţiile făcute în acest sens de către organele şi instituţiile asupra cărora planează anumite dubii, în special de către SRI (care are în componenţa sa majoritatea lucrătorilor din fosta securitate), poliţie, USLA, agenţia TAROM, dar şi de către unele cadre ale armatei, prin reticenţa manifestată faţă de organele de anchetă în aflarea adevărului…). Mai mult, senatorul Marian îl acuza deschis, la acea dată, pe şeful SRI Virgil Măgureanu că a interzis prin ordin subordonaţilor săi să depună mărturie în faţa comisiei de anchetă. Este inutil să mai adăugăm ce act de curaj însemna demisia lui Valer Marian la acea dată, mai ales că acesta a făcut-o în mod public, săptămânalul Expres publicând imediat şi un interviu detaliat cu magistratul. Acesta a ţinut să puncteze chiar câteva pericole care pândeau fragila democraţie instaurată după decembrie ’89. Iar riscurile erau mari. Toate instituţiile ţării erau împânzite de ofiţerii, care se protejau unii pe alţii, blocând orice fel de anchetă. De la USLA la SRI trecând prin personalul aeroporturilor şi al hotelurilor de unde s-a tras asupra mulţimii, toţi primiseră ordin să instaureze omerta Securităţii.

“Am avut mari dificultăţi cu lucrătorii din hoteluri şi recepţii. Din Continental şi din Bulevard s-a tras. Acolo au fost găsite femei cu arme la ele şi cu două zile înainte au fost cazaţi mulţi poliţişti şi securişti.”, declara procurorul demisionar într-un interviu publicat de săptămânalul Expres. Dintr-o dată, tânărul Valer Marian încetase să mai fie o rotiţă a sistemului. A fost unul dintre puţinii magistraţi ieşiţi din sistemul comunist şi transformat în justiţiar. A avut curajul să atragă atenţia asupra “prosternării în faţa regimului politic”, mai precis în faţa noului regim care se instala la Bucureşti. A dovedit-o mai târziu şi din poziţia de prefect al judeţului Satu Mare, ca jurnalist şi ca politician.

La 20 de ani după evenimentele din decembrie ‘89, pe un ton mai ponderat, actualul senator Valer Marian susţine că dosarul Revoluţiei este o făcătură şi că procurorii au fost împiedicaţi să ducă mai departe cercetările. Iată ce declara Valer într-o emisiune la sfârşitul anului 2009:

“M-am retras din Procuratură datorită dosarului Revoluţiei, pentru că şi eu am vrut să se afle adevărul, cum vor astăzi, sau au vrut, Nastasiu şi Ciurea. Am depistat diverse operaţiuni, filiere, inclusiv una care ducea spre URSS, spre o intervenţie a unui detaşament special din fosta URSS, care a provocat la noi evenimentele care au declanşat Revoluţia. Dar, la nivelul cel mai înalt şi atunci, la nivelul Procurorului General nu s-a dorit aflarea adevărului. Şi atunci eu m-am retras. Nu s-au făcut presiuni asupra mea, dar am fost chemat de Procurorul General de atunci Ulpiu Ioan Cherecheanu, fost baschetbalist, care mi-a spus: Valer sau domnu’ coleg, frumoasă-i viaţa acum în Bucureşti. Au apărut barurile de noapte, cazinourile. N-are rost să te consumi atât de mult cu dosarele astea…. Deci nu, n-au fost presiuni, n-au fost ameninţări dar mi-am zis că nu vreau să rămân nici un fraier şi nici să fiu condamnat ulterior. Noi, acolo, atunci aruncam praf în ochi pe televiziuni, prin presă că lucrăm la dosarele Revoluţiei, dar vă spun cinstit că nu se lucra. Şi acesta a fost motivul pentru care, în august 1990, mi-am dat demisia şi m-am retras din Procuratură”.

Procurorul Valer Marian în dosarele ascunse ale Revoluției

6.4. Unele date cu referire la transportul TAROM

Referitor la avionul ROMBAC, care în ziua de 20.12.1989 a transportat la Sibiu, între alte persoane şi materiale şi un număr de 80 de persoane suspecte, a căror identitate nu a fost cu precizie stabilită, este de remarcat că acţiunea avea ca misiune asigurarea protecţiei primului-secretar al judeţului Sibiu, de către un personal specializat în acţiuni antiteroriste.

Din unele declaraţii rezultă că într-adevăr în aeronavă, într-o anumită zonă a compartimentului de pasageri, exista o grupare de persoane – bărbaţi, cu un aspect mai deosebit, în general atletici, cu un echipament asemănător.

Ni se pare firesc ca Nicolae Ceauşescu şi în special soţia sa, să fi întreprins unele măsuri pentru asigurarea protecţiei fiului lor, prin trimiterea în zonă a unor luptători special instruiţi.

Provenienţa acestora a fost deosebit de comentată, rămânând şi până la ora actual controversată.

Conform declaraţiei gl. Militaru şi gl. Hortopan în seara zilei de 23 decembrie, col. Ardeleanu, comandantul USLA, solicitându-i-se o evidenţă asupra efectivelor sale ce ar putea fi folosite pentru acţiuni de scotocire, a afirmat că poate pune la dispoziţie aproximativ 600 luptători având în vedere că din totalul existent, lipsesc un număr de 110 pentru protecţia ambasadelor şi alţi 80 în misiune la Sibiu „… din ordine superioare …”, precum şi circa 40 pentru paza propriei unităţi.

Din analiza forţelor ce asigurau funcţionarea şi protecţia aeroportului, majoritatea făcând parte din M.I., pare explicabil deficienţele existente în luarea evidenţei nominale a lor, ce se refereau la aceştia, precum şi faptul că transportul s-a efectuat prin TAROM.

Dacă aceste efective ar fi aparţinut M.Ap.N., respectiv DIA, nu ar fi fost necesară nici o evidenţă, întrucât transportul s-ar fi executat în discret, folosind în acest scop mijloace de zbor proprii şi nicidecum Tarom-ul. De menţionat că specialiştii militari de la DIA au o pregătire specială pe profil de cercetare şi obţinere de informaţii, autoapărare şi mai puţin de luptă antiteroristă. Ca atare, practic, ni se pare logic ca Nicolae Ceauşescu să fi trimis pentru apărarea fiului său efective specializate de cea mai mare valoare. (USLA)

Se pare suspect că nici SRI-ul nu a lămurit această problemă, mai precis, a evitat să o lămurească. Raportul procuraturii la pag. 63 precizează: „Şi în momentul actual subzistă o suspiciune în legătură cu cei 80 de uslaşi trimişi la Sibiu încă din 20 decembrie 1989, ce trebuiau sa-i ofere protecţie Iui Nicu Ceauşescu

Referitor la acest fapt, trebuie menţionat că în nota din 31 iulie 1990 procurorul Marian Valer, delegat al Comisie de anchetă Sibiu, spunea în concluzie: „Reţine atenţia că sunt semnificative declaraţiile pasagerilor Boşgan Anişoara, Andrei Ioan, Goga Radu, Chiuchişan Anton şi Vladu Luminiţa, care au afirmat că au sesizat în partea dreaptă a avionului, înspre faţă, un grup compact de bărbaţi mai atleţi, îmbrăcaţi mai sportiv, informaţii care se impuneau a fi coroborate cu faptul că aproape toţi pasagerii identificaţi şi audiaţi până în prezent nu au stat în zona respectivă”. Din procesul verbal nr. 110 din 15 decembrie 1990 existent la dosarul de cercetare al procuraturii, menţionăm numai faptul „… că pot exista persoane despre care nu se ştie unde s-au mutat şi unde lucrează …”.

De asemenea, în acelaşi proces verbal se sugerează de a fi audiată instituţia USLA.: „… Apostol şi Costa referitor la pasagerii din avion (număr, grupuri suspecte) care nu există la dosar …”.

Personalul aeroportului Sibiu anchetat, declară că: „… nu a văzut nimic, deoarece descărca pachetele din hala avionului!…”. Acest lucru o spune cel ce trebuia să se ocupe de asigurarea unor mijloace de transport pasageri în oraş, care erau în număr dublu faţă de cei ce se transporta obişnuit, folosind cursa AN-24.

Din declaraţiile lui Nicu Ceauşescu, rezultă că el nu a chemat „terorişti” la Sibiu şi „…a rămas surprins când a auzit la plecarea cursei de Sibiu, un zgomot mult mai mare decât cel normal.” Este adevărat că la decolare, zgomotul zborului unui avion ROMBAC este de 72 decibeli în raport cu 67 decibeli a unui avion AN-24. Dar este puţin probabil ca diferenţa de aproximativ 5% să fi fost sesizată de Nicu Ceauşescu. Ca atare, nici una din persoane se pare că nu declară adevărul. Intervenţiile telefonice făcute la aeroport din dispoziţia lui Nicu Ceauşescu, de către secretarul cu problemele organizatorice – Pescarul, a avut ca scop, după părerea noastră, obţinerea confirmării sosirii aeronavei cu cei aşteptaţi.

Există declaraţia fostului şef al miliţiei Sibiu, care arată că: „în dimineaţa zilei de 22 decembrie 1989 a văzut la poarta unităţii 01512 un număr de persoane cu structură atletică îmbrăcaţi în treninguri”. Este posibil având în vedere că în acea perioadă, la punctul de control al unităţii au fost aduşi şi s-au prezentat numeroase persoane pentru a fi luate sub protecţie sau pentru a fi predate ca suspecţi de către populaţie. Dar să nu uitam că sosirea aeronavei ROMBAC s-a produs în ziua de 20 decembrie 1989 şi dacă ar fi fost să fie pasagerii acesteia ar fi trebuit să vină în aceeaşi zi pentru nevoi de cazare.

Dat fiind neimplicarea cu toată seriozitatea a organelor specializate în acţiuni de cercetare judiciară, pot apare tot felul de supoziţii, de păreri, unele făcute din neştiinţă, dar şi unele făcute intenţionat, tocmai în scopul de a acoperi principalii vinovaţi. Rămâne ca cercetările ulterioare, făcute de cei competenţi să lămurească acest caz rămas încă controversat.

20/07/2013 Posted by | Armata, Ciocoii de serviciu, Deontologii, presa si serviciile secrete, Justitie si injustitie, KGB, Ministerul de Interne, Securistii vechi si noi, Serviciul Roman de Informatii, Servicul de Informatii Externe | 8 comentarii

Viktor Bout – Dosar complet de crimă organizată și terorism în limba franceză – ep. 27

Iată ce ascund Traian Băsescu și camarila sa din parchete sau servicii secrete

 Vă prezentăm în continuare, în serial, una dintre cele mai complexe documentații referitoare la crimă organizată și terorism, derulate de celebrul traficant de armament Viktor Bout și complicii săi. Reamintim că celebrul Bout a fost prins de autoritățile americane, judecat și condamnat la 25 de ani închisoare de abia după ce serviciile secrete române (partenere de trafic cu armament ale lui Viktor Bout) l-au trădat. Parchetul General și serviciile secrete române au deschis cu această ocazie dosarul strict secret de importanță deosebită 628/D/P/2005, care și astăzi este ținut la sertarul cuplului Băsescu-Kovesi. Dosarul “Armamentul”, cum este acesta cunoscut,  a fost disjuns în 4 iulie 2005, din dosarul “Răpirea din Irak” și conține date importante din dosarul Țigareta 2. Inclusiv Anexa S207 a dosarului Țigareta 2, secretizată abuziv de Palatul Cotroceni. Iată de ce s-au deplasat în ianuarie 2008 ofițerii DEA USA la București și de ce au lucrat cu procurorii DIICOT la prinderea lui Viktor Bout ! Iată ce ascunde dosarul “Răpirea din Irak” în partea sa secretizată abuziv de Traian Băsescu și mai ales, de ce au fost maziliți procurorii șefi adjuncți ai DIICOT, Angela Ciurea și Ciprian Nastasiu. Iată  motivele pentru care singurii teroriști ai României Omar Hayssam și Mohamad Munaf ( parteneri de afaceri cu Bout și complici ai serviciilor secrete române) au fost scoși din țară sau predați autorităților americane. Ce mai ascund complicii români ai lui Viktor Bout dela Cotroceni și din Ministerul Public ? Veți afla în continuare. Din păcate, informațiile ne-au fost furnizate în limba franceză, neavând timpul necesar traducerii.

Un volet important, pour l’instant a échappé à une autre enquête sur un autre personnage important : Viktor Bout. Une enquête démarrée ailleurs, à savoir ici. Celui du transport de drogue, entrevu seulement lors de l’évocation du transport de tilapias : les poissons frais africains étaient très pratiques pour leurrer les chiens de détection, au retour des avions vers l’Europe. Viktor Bout a effectivement transporté des armes, c’est une évidence, du tentale, c’en est une autre, des fleurs, revendues à un prix d’or dans les émirats, on le sait, des poulets congelés (via sa filière Sud-Africaine et via son fidèle alter-ego Richard Chichakli) mais aussi de la drogue, qui rapporte tout autant que les livraisons d’armes, sinon davantage (que les poulets). La tentation de le faire est venue naturellement, par transport de la drogue locale, en Afrique, notamment du haschich, mais aussi par accord passé avec des cartels bien connus. De la cocaïne, celle qui arrose en ce moment la côte Ouest de l’Afrique, originaire de la Colombie. Et la preuve, nous l’avons retrouvée, sous la forme d’un avion abandonné. Celui qui condamne Viktor Bout, qui a toujours nié avoir tâté de ce genre de transport. L’origine de ce volet drogue au sein de la longue saga repose sur les déclarations récentes, lors d’une arrestation par la DEA et les autorités locales d’un pilote russe, survenue à Moronvia, au Liberia. L’homme est tout simplement le chaînon manquant de la longue saga de Viktor Bout, et c’est aussi le plus compromettant ! Tous les journaux russes lui on consacré des reportages. Ici, on ignore toujours son nom (c’est à désespérer de la presse française également !). L’occasion de découvrir qui il était, donc. Un acteur majeur, dans l’étrange circuit actuel de la cocaïne en Afrique. 

Le chaînon manquant, car l’arrestation récente de Konstantin Yaroshenko, c’est son nom, au delà de provoquer la polémique en russie, relie tous les domaines visités sur le sujet entre eux : à savoir la saga de Viktor Bout ; mais aussi celle sur la cocaïne en Afrique de l’Ouest débutée ici avec cet incroyable crash en plein désert. Son histoire personnelle commence par son arrestation le 28 mai 2010, à Monrovia, par des agents de la DEA américaine et les autorités locales, auxquels s’est joint le FBI : cela fait deux ans alors qu’ils pistaient le groupe de dealers et de transporteurs, notamment en Espagne, groupe dont faisait partie Yaroshenko. L’homme qui les accuse détient des preuves enregistrées confondantes. C’est Fombah Sirleaf, le propre fils de la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, un gradé de l’ U.S. Military Academy de West Point devenu agent de la Republic of Liberia National Security Agency (« RLNSA »). Bardé de micros, il s’est fait passer pour un des dealers pendant deux années d’enquête, et a suivi les nombreuses réunions préparatoires à l’expédition d’au moins 4,5 tonnes de drogue en provenance d’Amérique du Sud, à savoir du Vénézuela, sur la route de la coke colombienne, vers Monrovia, puis l’acheminement dans un autre avion vers le Ghana. Un dossier en béton, que toute cette histoire, qui met à nu tout un système. 

Monrovia, en 2003, est l’objet d’un autre trafic connu, cher au dictateur du pays : « aéroport de Monrovia, vendredi 2 mai 2003, 11 h 50 TU. Un quadriréacteur Iliouchine 76, un de plus, se pose sur l’aéroport de la capitale libérienne et stationne en bout de piste, à l’abri des regards indiscrets. Aussitôt, une flottille de petits camions et une vingtaine de militaires s’approchent. Commence alors une noria qui durera deux bonnes heures entre les soutes de l’appareil et le camp voisin qui héberge une unité d’élite des forces du président Charles Taylor. Des dizaines de caisses de munitions, d’armes, d’obus de tous calibres, de missiles et de treillis sont ainsi transférées, prêtes à alimenter la guerre civile qui ravage le pays depuis quinze ans. À 16 heures, l’avion redécolle. Caché dans un coin de l’aéroport, un témoin note ses références précises, EP-TQJ, ainsi que le nom de la compagnie : Queshm Airways. Une enquête complémentaire permettra de savoir qu’il s’agit là d’une compagnie iranienne et que ce vol, qui vient de violer l’embargo international sur les armes à destination du Liberia provient de Téhéran, via Mombasa au Kenya ». Pour une fois, la vente et le transport ont échappé à Viktor. Qui semble s’être trouvé un autre dérivatif. En réalité, il s’est fait doubler, là, par un libanais plus adroit, résidant lui aussi à Monrovia. « l’Iliouchine 76 Téhéran-Monrovia que l’on a vu se poser le 2 mai dernier sur l’aéroport de la capitale libérienne est à ce sujet un cas d’école. Il a été affrété par la Kleilat Group Corporation, une société dirigée par un homme d’affaires d’une trentaine d’années, Ali Kleilat. Ce Libanais résidant à Monrovia, propriétaire d’un jet privé, détenteur de plusieurs passeports ordinaires (néerlandais, britannique, vénézuélien…) et diplomatiques (libérien et ivoirien), manifestement fortuné, est à la fois consul honoraire du Liberia au Brésil et conseiller auprès du ministre de la Défense de… Côte d’Ivoire. » Ali Keilat, suivi un peu partout semble-t-il…. (idem en 2010).

L’acte d’accusation de la justice de Moronvia est édifiant, en effet, envers les trafiquants arrêtés : selon lui, Chigbo Umeh, 42 ans, un Nigerian, est bien, depuis des années, le courtier organisateur du transport de nombreuses tonnes de cocaïne d’Amérique du Sud vers l’Afrique de l’Ouest, d’où la cocaïne était transportée après vers l’Europe ou ailleurs en Afrique, ou même vers les Etat-Unis où elle pouvait aussi repartir ! Mais on insiste surtout dans ce document sur « Salazar Castano, 44 ans, qui est de Colombie, un fournisseur de cocaïne basée en Colombie et en Espagne, et qui, de concert avec ses co-conspirateurs, a envoyé des gros aéronefs commerciaux contenant la cocaïne d’Amérique du Sud en Afrique de l’Ouest, ainsi que de petits avions privés qui partaient des pistes d’atterrissage clandestines au Vénézuela. Yaroshenko, 41 ans, qui est de la Russie, est un pilote d’avion, un expert du transport aérien qui a transporté des milliers de kilogrammes de cocaïne d’Amérique du Sud, vers l’Afrique et l’Europe. Nathaniel French (alias « Frenchman » ou « The Expert »), 51 ans, qui est originaire du Ghana, a aidé les fournisseurs de drogues en fournissant un soutien logistique et la coordination pour les expéditions maritimes de cocaïne à travers l’océan Atlantique. Mawuko, 57 ans, également en provenance du Ghana, a aidé les fournisseurs de drogues par sa connaissance approfondie de la navigation maritime, y compris le développement des routes maritimes qui pourrait se soustraire à l’application de l’action des radars. » Pour ses deux missions, Yaroshenko aurait reçu 4,5 millions de dollars, plus 1,2 million pour acheminer la drogue du Liberia au Ghana, dans un autre appareil : étant donné le prix au kilo de la cocaïne, ce n’est qu’une infime partie de la somme générée par sa vente. Ce qui laisse tout de suite aussi entrevoir Yaroshenko comme pilote éventuel de notre fameux Boeing 727 brûlé en plein désert, les juges libériens affirmant qu’il a déjà effectué plusieurs transports de drogue… Le fameux Boeing, ou l’un des petits bimoteurs qui n’ont cessé de débouler sur la côte africaine comme expliqué sur cette autre saga. L’homme, en effet, a aussi été pilote sur 737 à la KLM, à en croire un des clichés montrés à la TV russe, et avoue avoir « travaillé en Nouvelle-Guinée » essentiellement, comme pilote d’Antonov 32 : bref, il a plusieurs talents à son arc, et semble bien savoir tout piloter : il a commencé sa formation comme pilote d’hélicoptère Kamov !

Ce sont les photos montrées complaisamment à la TV russe qui vont en fait le compromettre. A trop vouloir le défendre… car sur une des deux photos fournies par la presse russe, notre pilote pose avec un libérien arborant une chemise aux couleurs du drapeau du pays, devant un appareil d’une compagnie qui s’avère être après de longues recherches un appareil d‘AirMark, une bien étrange entreprise. Elle ne dispose que d’avions anciens, des Antonov 32 et des Antonov 12, quelques vieux 737 et même d’antiques 727, voilà qui semble bien corroborer notre enquête. Elle utilise aussi des petits Casa en Indonésie. Car, surprise, l’entreprise est effectivement… indonésienne, son siège et à Singapour, alors que ses appareils sont tous enregistrés en Moldavie (il sont en ER) ou au Kazakhstan (en UN), et qu’ils sillonnent l’Afrique depuis des années ! Etonnantes apparitions ! On va de surprise en surprise avec ce dossier !

D’autant plus que la firme semble appliquer une méthode connue avec ses changements de numéros d’appareils. Au Kazhakstan, la firme a acheté par exemple l’Antonov 12 UN-11650, qui en avril 2005 arborait les couleurs d’ Almaty Aviation Cargo, et en juin 2006 déjà celles de Bismallah Airlines (une société du Bengladesh, si réputée pour ses avions poubelles) ! Elle détiendra aussi un temps l’Antonov An-12B UR-CGV à la si belle livrée bleu foncé, vu partout, y compris à Vatry, et qui aura la fin terrible déjà expliquée à l’épisode 21 de notre saga. La société se fournissait à Chisinau, en Moldavie, et comme intermédiaire pour acheter ses appareils, il y avait Mango Mat Aviation, qui a fourni des appareils à Airmark, derrière lequel se cachait l’homme de main de Viktor Bout, Dimitri Popov, et ses appareils également enregistrés sous des noms « évocateurs » pour l’Afrique tel que Volga Atlantic Airlines (une firme enregistrée au Swaziland !) tel l’9U-BHR, un Antonov 26 vu au Burundi ; en même temps qu’un petit Let Let 410 congolais enregistré sous 9Q-CEU. Les deux étant au nom d’Aigle Aviation, ou d’Eagle Wings, connue comme lié à Viktor Bout (avec « Bukavu Aviation Transport », « Business Air Services », basées en RDC, et « Okapi Air », dont le siège était en Ouganda). 

L’appareil, soupçonné de trafic d’armes, était arrivé au Bénin à partir de l’Ukraine via Khartoum, le 28 août 2004, et sera vu au Congo sous cette fausse appellation, vite transformée en 9Q-CAW : le numéro d’un Boeing 727 cargo et d’un autre Antonov 26 de Mango Mat, qui se crashera au Congo le 29 mai 2005 ! La signature de la méthode Bout, pourrait-on dire, avec cette valse des enregistrements. Officiellement, Volga Atlantic Airlines appartenait à l’ukrainien Yuri Sidorov et à Fred Rutter. Deux de ses appareils, le 9U-BHO (une immatriculation du Burundi !) et le 9U-BHN avaient dépassé depuis plusieurs mois les dates d’inspections de leurs moteurs alors qu’ils volaient encore. Selon le bureau d’Antonov, aucun des deux appareils n’avait été correctement entretenu. Un Antonov de ce type se crashera logiquement sur ennuis moteurs le 7 juillet 2006 entre Goma et Kisangani. Il portait alors le numéro 9Q-CVT  : à bord il y avait 4 russes et 2 congolais. C’était aussi l’immatriculation d’un DC-9 de Bravo Air Congo, la compagnie jumelle de Bravo Airlines SA !Ces vidéos sponsorisées vous sont proposées en fonction de vos critères de recherche et du site Internet que vous visitez.
Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

A propos de VideoStep
Nous aidons les internautes à découvrir des vidéos intéressantes du Web. Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

Ceux-là, ou les fameux Skylink Arabia, autre avions notoirement dévolus à la sphère de Viktor Bout et dont un bon nombre sera photographié le 4 avril 2009 par un spottteur doué de bons réflexes à… Chisinau, encore cet endroit, dans le fief moldave du « maître de guerre ». L’Antonov 26 de Sky Link Arabia ER-AVB, l’Antonov 24 d’Air Moldova, ER-46417, l’Antonov 26 d’Air Moldova ER-26046, l’Antonov 24 de Sky Link Arabia ER-AZX, loué à une société moldave, Pecotox Air… une firme signée… Victor Bout. On y voit même les vieux Ill-18 aux hélices bleues si prisés par AirCess et Air Pass, devenus Grixona, l’ER-ICB notamment (devenu vieux machin pour VIPs en ml de finances ?- les photos sont à hurler, à voir le degré zéro des finitions- !). La bonne vieille mule de transport du système Bout ! Sans oublier l’ Antonov 24 de Tandem Aero ER-46508, et encore et surtout l’Antonov 32 d’El Magal Aviation, matricule ST-NSP, qui ressemble comme deux gouttes d’eau avec son dessous de fuselage noir à celui de….Yaroshenko. Nous reviendrons plus tard sur ce qu’il en est advenu depuis.

Tout conduit donc à relier Yaroshenko à la sphère de Viktor Bout. Rappelons que c’est là aussi justement, à Monrovia, que Viktor Bout avait créé en 1996, avant Sharjah son deuxième bureau, voire troisième après le Kazakstan, avec Almaty (et sa société aux Ill-18, Irbis), et la Belgique avec Ostende. C’est à Moronvia également qu’il avait créé Air Cess, une société inscrite au Swaziland (?), et qui opèrera de fait à partir de l’aéroport de Pietersburg, en Afrique du Sud. Les circuits de Viktor n’ont jamais été simples, exprès, pour éviter les poursuites trop évidentes. Etait apparu aussi deux ans après, en 1998, Cessavia, une compagnie enregistrée elle… en Guinée Equatoriale. La vie de Yaroshenko croise trop les endroits où sévissait Viktor Bout pour qu’il n’ait pu ne pas faire partie de son équipe de pilotes… russes. Bout possèdait bien des Antonov 32, dont un, le 9XR-SN, qui ira se crasher le 1er juin 2004 à Kigali lors de son atterrissage, son train s’étant replié sous lui. A ce moment-là, l’appareil était loué par San Air (et non Sonair comme indiqué ici). L’avion avait été détenu l’année précédente par les autorités de Goma pour avoir transporté des armes : ses pilotes et son personnel étaient là encore tous russes : Konstantin en était-il déjà, c’est impossible à prouver pour l’instant, l’enquête à son propos le dira peut-être. Le 29 juin 2005, rebelote : c’est un An-26 qui voit à nouveau son train se replier à Goma cette fois. L’appareil appartenait à Mango Mat, toujours la même entrepise, et était loué à San Air, encore un paravent de notre vendeur d’armes, très présent sur la région.. on le sait, avec les armes, et le coltan. De fortes présomptions donc subsistent sur un Yaroshenko lié aux appareils de Viktor Bout : à voir la furie déclenchée à son égard par les autorités russes pour éviter son extradition aux USA, on comprend vite qu’il est partie prenante de la sphère Bout. C’est l’ancien RA-48109, qui présent lui aussi des similitudes avec les photos où Yaroshenko posait.

Cette fois-ci, en effet, c’est plutôt un Antonov 26 qui nous intéresse, et qui relie les deux sagas en cours actuellement. Celui que l’on retrouve le 29 août 2003, posé sur une piste de fortune, dans l’Orange Walk District de l’Etat de Belize, état voisin du Mexique, avec à bord de la drogue, selon la police locale qui le retrouvera pourtant vide. On a tenté de l’incendier. L’avion, resté figé dans la boue, n’avait visiblement pas réussi à redécoller de la piste de fortune où il s’était posé. Or, avant d’atterrir étrangement là, il figurait sous le registre d’Aerocom, sous le numéro ER-AFH et avait même été « spotté » au Portugal sous cette livrée l’année précédente. Visiblement, l’engin savait donc traverser l’Atlantique. Or il n’en a pas l’autonomie. Un Antonov 26 emporte certes 7 tonnes de kérosène mais ne vole que sur 2200 km maximum. Il a donc été modifié sur la circonstance, ou est venu cette fois d’un pays tiers, on songe bien sûr aux pistes vénézueliennes habituelles. L’avion englué sur place affichait bien un numéro d’enregistrement moldave en tout cas. Or Viktor Bout, au même moment, possédait alors sous le nom de JetLine/Aerocom plusieurs An-26B, L’ER-AFE étant bien un An-26B selon les registres moldaves : c’était un UR-26505 auparavant et même l’ex-CCCP-26505 d’Aeroflot.

Or ce qu’il y a de très étrange, c’est que cet appareil avait déjà été déclaré « endommagé au-delà de réparations » le 23 décembre 1981 dans un accident survenu à Eniseysk, et ayant coûté la vie aux deux membres de son équipage ! Tout cela conduit à une seule conclusion : Viktor a très certainement tâté dans le secteur du transport de drogue, avec cet exemplaire si proche de ses immatriculations favorites. Il lui suffit en effet de changer une seule lettre pour cet appareil ! A Mikkeli, en Finlande, le le 9 juin, 1998 l’Antonov 32 immatriculé 3D-RTD venu d’ Ras al Khaima, est celui enregistré au nom d’Air Cess, société de Viktor Bout. En prime, Aerocom avait déjà été pris dans des livraisons illégales d’armes au Liberia de Charles Taylor, faites par l’exemplaire ER-AWN, vu régulièrement a Kinshasa depuis septembre 2003. Le 6 août 2004 les autorités avaient retiré la licence de vol à Arerocom, qui devient alors l’obscure Asterias Commercial, basée en…Ukraine ! Son Antonov ER-AZD est aujourd’hui à vendre ! Bout a toujours joué avec les numérotations de ses appareils, on le sait : en juillet 2004, un avion portant le registre EL-WVA a été vu à l’aéroport de Kongolo au Congo, transportant armes et munitions : or en juillet 2002 un Antonov An-8 avait été vu à Kalemie au Katanga portant exactement le même numéro ! Quel est donc cette immatriculation fantaisiste ER-AFE, mystère… mais tout laisse entendre qu’il a bien appartenu à Viktor Bout. Or au même moment, justement, ce dernier a été recruté par les américains pour effectuer des norias pour approvisionner l’Irak, envahie le 20 mars 2003. Le 9 janvier 2007, un Antonov moldave ER-26068 s’écrasait sur la piste de Balad, avec 29 turcs à bord et 1 américain, très certainement abattu par un tir de missile automatisé. Il était d’Aeriantur-M Airlines, encore un autre paravent de Viktor Bout. Yaroshenko, pilote russe d’Antonov 24, 26 et 32 était donc bien le pilote idéal pour poser cet engin sur une piste détrempée !

A la télévision russe, on ne lésinera pas pour tenter de le défendre, mais en en faisant un peu trop. En particulier, on montrera des schémas, figurant le trajet du Vénézuela au Libéria, qu’aurait dû effectuer l’ILL-76 qu’avait sélectionné Yaroshenko pour son voyage. Pour l’étape suivante, il avait pris un Antonov 12, selon l’enquête menée. Or ces choix laissent perplexes. Des Antonov 12 savent traverser, en passant par le Cap Vert ou les îles Canaries. On en la preuve photographique avec cette photo de quadrimoteur atterrissant à la Martinique. L’avion, immatriculé UR-CAH (et décrit dans notre épisode XXI déjà), avait été vu le 11 juillet 2010 au Luxembourg, et déjà de retour au Brésil, à Récife, le 2 août de la même année, juste à côté du « fameux » UR-CGV bleuté ! Le 21 août, on le retrouvait aux Canaries, à Las Palmas, son relais obligatoire (avant la Mauritanie ?). L’appareil, de Meridian, voyage semble-t-il énormément : le 8 juin, il était en Israël… Or Meridian, alias Meridian Airways est une société ghanéenne créée à Ostende : difficile de ne pas en faire une firme liée à Viktor Bout ! Selon Wikipedia, Meridian, qui a absorbé ACE (Air Charter Express, autre satellite de Bout) travaille aussi « pour le ministère anglais de la défense, sur la base de Lyneham » Effectivement : on trouve aisément de beaux clichés du vieux DC-8 de Meridian sur cette base militaire anglaise. L’avion est bien basé à Ostende. En mai 2010, il était encore à Manston, terrain de la RAF, à y étaler la suie de ses anciens réacteurs. A Ostende, on pouvait aussi voir régulièrement l’Antonov 12 UR-CAG, le petit frère du CAH, enregistré chez Meridian. On le croisera partout en Europe, et aussi à Palma de Majorque, son relais vers… l’Afrique. En janvier 2010, un des Meridian était filmé atterrissant à Vatry : c’était l’UR-CGW, vu aussi bien à Liège qu’à Récife.

 L’Antonov traversant l’Atlantique, je l’avais déjà repéré en effet : « Et ce n’est pas fini, car ça continue, les livraisons discrètes : le 18 juin dernier encore un bon vieil Antonov 12 immatriculé UR-CAK est saisi à Kano, au Nigéria. Appartenant à Meridian Aviation of Poltava, anciennement Jet Line International et Aerocom… deux firmes signées Viktor Bout, qui ont participé activement à trafic d’armes vers la Sierra Leone en 2004. Il devait rejoindre la Guinée-Bissau, en venant d’Ukraine. A bord, un chargement d’armes. Quatre jours auparavant, il avait été photographié en Slovénie. Et le 29 mai qui précédait, au décollage de Frankfort. Un gendarme curieux et enjoué qui se prend pour Mermoz (et surnommé « Dieu » par ses collègues !) l’avait photographié en … Martinique quinze jours avant, le 14 mai 2009. En provenance du Cap-Vert (vous savez, là où se promènera… l’Artic Sea, au mois d’août !). En ignorant à quoi il servirait un mois à peine après…. revenu depuis en métropole, notre gendarme « Mermoz » le pistera de plus près, on espère… » En effet, si les Antonov 12 savent traverser avec plus de 20 tonnes à bord, ce n’est donc pas le poids qui a fait privilégier l’Ill-76 à notre pilote russe, mais bien « l’allonge » (son rayon d’action). L’Antonov fait entre 3 600 et 5 700 km selon la charge, et l’ILL-76 franchit davantage en version MD : 6 100km avec un charge utile de 10 tonnes encore, et davantage donc avec 5 tonnes seulement. Yarsohenko ne l’avait pas sélectionné pour sa capacité d’emport (on imagine mal 20 tonnes de coke, à produire déjà c’est assez faramineux !) mais bien pour son rayon d’action.

Envisageait-il un trajet Vénézuela-Liberia direct : très certainement : de la frontière de la Colombie à Monrovia il y a en effet 6700 km en ligne droite ! L’endroit idéal de départ se situant au Mayor Buenaventura Vivas Airport, près d’Uribante. Yaroshenko essayait un coup direct, ce qui signifiait aussi que le Boeing 727 incendié avait nécessairement fait un relais au Cap Vert… ce que l’enquête a démontré désormais. Le Cap Vert, où se dirigeait étrangement un cargo qui a défrayé la chronique il n’y a pas si longtemps : personne n’avait pensé que l’Artic Sea aurait pu aussi servir de transport de drogue : c’est assez étonnant : ses flancs creux de double coque s‘y prêtent à merveille, là où les dealers cachent habituellement leur drogue ! Dans les containers, sur le pont, c’est désormais trop… visible. Le projet intercepté à Monrovia était bien de transporter je dirais à nouveau plus de 4,5 tonnes de cocaïne d’un coup d’aile, entre la frontière colombienne et l’Afrique de l’Ouest. Et un des pilotes lié à la sphère de Viktor Bout était dans le coup. Et Viktor Bout également : dans l’acte d’inculpation américain le concernant, on relève cette étrange manipulation financière, au sein de deux banques US, l’une à New York et l’autre à Salt Lake City, via des comptes approvisionnés au Kazakhstan, à Chypre et en Russie pour un total en dépôt de 1,7 million de dollars, pour acheter… un 727 et un 737, en plusieurs versements, au même prix que celui évoqué par les barons de la drogue lors de leur déposition de Monrovia. Acheté à deux firmes de Floride. Deux sociétés américaines, liées à des banques… américaines. A 275 000 dollars environ, le prix moyen à ce jour d’un quadriréacteur ou d’un triréacteur de cinquante ans en état de vol… ou un biréacteur un peu plus récent, quitte à ne s’en servir que pour un seul voyage : nous revoilà au tout début d’une autre histoire, débutée, je vous le rappelle en plein désert du Mali. Avec un antique 727, sacrifié sur place faute d’avoir réussi à redécoller. Yaroshenko en était-il le pilote ? Beaucoup d’indices concordants peuvent le laisser croire : qu’on ne s’étonne donc pas de la vivacité avec laquelle la justice US lui est tombé dessus. Dans le réquisitoire qui attend Viktor Bout, son aveu pourrait être déterminant.

25/12/2012 Posted by | KGB | Lasă un comentariu

Viktor Bout – Dosar complet de crimă organizată și terorism în limba franceză – ep. 24

Iată ce ascund Traian Băsescu și camarila sa din parchete sau servicii secrete

 

Vă prezentăm în continuare, în serial, una dintre cele mai complexe documentații referitoare la crimă organizată și terorism, derulate de celebrul traficant de armament Viktor Bout și complicii săi. Reamintim că celebrul Bout a fost prins de autoritățile americane, judecat și condamnat la 25 de ani închisoare de abia după ce serviciile secrete române (partenere de trafic cu armament ale lui Viktor Bout) l-au trădat. Parchetul General și serviciile secrete române au deschis cu această ocazie dosarul strict secret de importanță deosebită 628/D/P/2005, care și astăzi este ținut la sertarul cuplului Băsescu-Kovesi. Dosarul “Armamentul”, cum este acesta cunoscut,  a fost disjuns în 4 iulie 2005, din dosarul “Răpirea din Irak” și conține date importante din dosarul Țigareta 2. Inclusiv Anexa S207 a dosarului Țigareta 2, secretizată abuziv de Palatul Cotroceni. Iată de ce s-au deplasat în ianuarie 2008 ofițerii DEA USA la București și de ce au lucrat cu procurorii DIICOT la prinderea lui Viktor Bout ! Iată ce ascunde dosarul “Răpirea din Irak” în partea sa secretizată abuziv de Traian Băsescu și mai ales, de ce au fost maziliți procurorii șefi adjuncți ai DIICOT, Angela Ciurea și Ciprian Nastasiu. Iată  motivele pentru care singurii teroriști ai României Omar Hayssam și Mohamad Munaf ( parteneri de afaceri cu Bout și complici ai serviciilor secrete române) au fost scoși din țară sau predați autorităților americane. Ce mai ascund complicii români ai lui Viktor Bout dela Cotroceni și din Ministerul Public ? Veți afla în continuare. Din păcate, informațiile ne-au fost furnizate în limba franceză, neavând timpul necesar traducerii.

 Un homme discret mais excentrique de 67 ans, un néo-zélandais qui se prétend descendant de chevalier vieux de plus de 800 ans (il se dit „Lord of the Manor of Stubbington„, en fait un titre extrait d’un conte pour enfants de 1943 !) en ayant obtenu son titre ronflant d’un vieux territoire australien inconnu, qui affiche dans son bureau un diplôme, obtenu dans l’Université qu’il a achetée et dont il est le président, ou qui possède un passeport pour la Principauté de Hutt River, ce faux état australien ridicule, voilà sur quoi on tombe à la suite d’une longue enquête qui finit par relier tous les points ensemble, à savoir, les armes, la drogue et la banque… voilà pour qui aussi des gens meurent, c’est bien ce qui est désolant, tant on sombre dans le grotesque avec un tel personnage. Car la grande surprise, au final, c’est de constater que tout cet argent manipulé, tous ses gigantesques profits se retrouvent bien quelque part et chez quelques-uns, et que ces personnes sont toutes liées également aux affaires d’énormes saisies de cocaïne découvertes ces dernières années… 

Oh, certes, c’est bien profondément caché : l’homme dont je vais vous parler a créé en Nouvelle-Zélande pas moins de 2496 entreprises différentes, dont toutes présentent exactement la même adresse (*). De quoi noyer profondément le poisson, en effet. Pour mieux encore le maintenir sous l’eau, le siège de la majeure partie de ses entreprises est dans le Vanuatu, où le mot impôt n’existe même pas dans le langage de ces 83 îles paradisiaques... à la fin de l’histoire, nous sommes tombés sur le véritable chaînon manquant : celui du financement occulte de toutes ces opérations. Et ça, c’est la découverte fondamentale de cette longue enquête…
 
L’une de ces entreprises nous avait mis en fait la puce à l’oreille, en réalité, par sa localisation : elle a été créée en 1992, à Chisinau, la capitale de la… Moldavie. Officiellement pour exporter des tracteurs et des machines agricoles (**). Les deux firmes concernées (Tracom et ViCam) apparaissant en 2009 dans de petits contrats avec le ministère de l’agriculture US. On retombait avec elle directement à un endroit clé de tout le système des ventes d’armes en effet (le pays „contient” en effet la fameuse Transnitrie !), les deux premières compagnies aériennes de Viktor Bout, Aerocom et Jet Line, étant, rappelons-le, de Chisinau. Avec Geoffrey Taylor, l’homme découvert aujourd’hui, qui passe toujours aux travers des mailles de la justice, car à ce jour aucune charge n’a été retenue contre lui, on aboutit enfin à la clé du système, en effet. Celui qui relie tout. Celui d’une gigantesque machine à laver l’argent à la fois de la drogue et du trafic d’armement. On se doutait de la liaison, on en a aujourd’hui la preuve flagrante. L’avion à lui, après bien des péripéties à vrai dire. Nous venons de trouver le chaînon manquant de toutes les opérations délictueuses de ces dernières années, qui font remonter le tout à une banque bien connue des amateurs de Western : la Wells Fargo.
 
Tout d’abord, ce n’est pas l’absence de taxation du Vuanutu qui a été déterminant pour créer l’entreprise qui va se charger du transfert des armes vers la Thaïlande. C’est en premier comment noyer tout de suite les recherches en cas d’enquête. Pour cela, la Nouvelle-Zélande est le pays rêvé pour passer inaperçu. Le 14 janvier 2010, à la découverte de 2496 entreprises présentant une adresse unique, le premier ministre du pays, John Key, s’émeut quand même un peu et promet une enquête. On l’attend toujours, car là-bas c’est… chose courante.„En Nouvelle Zélande, où les lois laxistes d’inscription ne nécessitent pas de preuve d’identité ou même d’adresse résidentielle enregistrée, la tentattion de créer des sociétés écrans „prêtes à l’emploi” est grande, et sont souvent utilisées pour protéger l’anonymat”.Car ce qui compte, ce sont les papiers, ces fausses déclarations qu’avait si bien compris Reinhardt pendant la guerre Iran-irak : avec ses savants montages pour obtenir les faux bons de commandes ou les faux bons de destination pour les douanes. „Presque tous les courtiers en armes impliqués dans les transferts d’armes illicites sont des hommes d’affaires „légaux” à 98%” dit Griffiths de l’ISN Security Watch. Le monde souterrain („underworld) de la drogue et des ventes d’armes à une façade classique en effet. Une façade bancaire. „En tant que tels, ils ont des entreprises et des comptes bancaires et utilisent les mêmes méthodes que celles employées par „l’upperworld” ou les entreprises licites dans le monde entier. La vraie différence se situe au niveau de la falsification de documents qu’ils peuvent avoir à fabriquer et le nombre de sous- traitants ou de sociétés écrans à travers lesquels ils travaillent. „En gros, plus c’est dilué et mieux ce sera en cas de pépin. Dans le cas de la saisir thaïlandaise, on est servi, en effet. Pour remonter jusque Geoffray Taylor, qui devant la presse locale fait obligatoirement l’étonné, il faut se lever tôt et éplucher les maigres documents fournis par la police. Dans ce sens, la saisie du 12 décembre est un véritable cas d’école.
 
Dès le premier jour de l’enquête, des journalistes avaient flairé le montage très complexe de l’opération, en remontant le donneur d’ordre de l’affrètement de l’avion. „À l’étranger Trading FZE, une société de leasing basée à Sharjah (Emirats Arabes Unis) et appartenant à Svetlana Zykova, a loué les Il- 76 à une société géorgienne, Air West, détenue par Levan Kakabadze. Air West, à son tour loué l’avion à SP Trading, une société qui a été créée par Yury Lunyov a été mise en service une semaine seulement avant la transaction . SP Trading a commandé l’avion à Union Top Management (UTM), -enregistré à Hong Kong . UTM a été également créé seulement un mois auparavant. Le fondateur d’UTM – Dario Cabreros Garmendia, un espagnol est inconnu, on ne sait pas où il se trouve, de même qu’on ne connaît pas l’entreprise de Corée du Nord d’où proviennent les armes”.

Lunyov prétend qu’une autre société– d’Ukraine, Aerotrack – avait la responsabilité de chaperonner l’envoi de la Corée du Nord à l’Iran et qu’ Aerotrack avait à l’origine falsifié le contrat d’accord et liste de colisage pour suggérer que le fret était des pièces de rechange. Aucun Aerotrack n’a jamais existé à l’adresse indiquée et son contact principal Victoria Doneckaya donne comme numéro de téléphone celui d’une résidence privée qui n’a jamais entendu parler d’elle ou Aerotrack. En fait, toutes les propriétaires de sociétés (du moins, ceux qui qui ont pu être trouvées) Zykova, Kakabadze et Lunyov se refusent à re connaître ce que l’envoi a été réellement. Toutefois, ils partagent tous une connexion : Alexander Zykov, mari de Zykova associé connu de Lunyov. Zykov possède East Wind, une société de fret aérien au Kazakhstan. L’équipage arrêté lui appartient. Les entreprises et les aéronefs appartenant à Zykov sont connus pour avoir été impliqués dans le trafic d’armes en Afrique subsaharienne. Toutefois, Zykov affirme que l’équipage était en congé temporaire quand ils a été capturé”. La première déclarationniant les faits est faite par Zykov d’Almaty, le 21 janvier 2010, au Kazakhstan. Un Zykov assez excédé qui finissait l’entretien par un „allez chercher les gens qui ont ordonné ce vol„, a dit Zykov à un journaliste de l’AP et a raccroché le téléphone”.

 
L’homme n’avait pas totalement tort : propriétaire de l’avion, certes, mais rien de plus. La commande provenait de Nouvelle-Zélande. Un autre individu en effet clame aussi son innocence et c’est GeoffreyTaylor, alors que des documents mènent à lui. „Mais la Nouvelle-Zélande lui a montré des dossiers attestant qu’il est bien l’actionnaire qui contrôle Vicam Ltd au 8 septembre 2009. Un mois et demi après que le fils de Geoffroy, Michael, ait déclaré une société néo-zélandaise appelée SP Trading, en tant que filiale en propriété exclusive de Vicam. SP Trading est devenu connue le 12 décembre dernier, lorsque les agences de renseignements de la police thaïlandaise ont inspecté l’Ill-76, l’ avion qui s’est arrêté pour faire le plein de Bangkok en provenance de Pyongyang vers Téhéran. Le certificat de transport aérien a décrit les marchandises comme « du matériel pour champ de pétrole » mais à l’intérieur des 147 cartons ont été trouvé des explosifs, des grenades propulsées par fusée et des lanceurs de missiles informatisés. L’équipage était Kazakh et Biélorusse, et était dans l’ignorance du contenu de la cargaison. Comme le disait aussi le GT Group,jusqu’à ce que des documents ont révélé que l’avion avait été loué à la SP Trading”
 
Evidement, Taylor, qui se présente lui-même sur ses sites comme un „innovateur au top du classement des gestionnaires de fonds de pensions” nie toute implication et rejette la faute sur d’autres. Après les enquêtes de journaux, GT Group a publié un déclaration du Vanuatu disant qu’il avait formé SP Trading à la demande d’un client „professionnel” situé au Royaume-Uni, et utilisant Vicam comme nom, en la personne d’ une femme nommée Zhang Lu, responsable d’une mise en scène, selon lui. SP Trading a déclaré qu’il ne savait rien pour les armes. S’exprimant au nom de ses employés, associés et ses sociétés, le groupe GT a dit qu’aucun n’avait aucune connaissance des activités de SP Trading, „et n’était en aucune façon impliqué dans le transfert d’éléments de toute genre, en tout lieu et par tous les moyens.”En poussant un peu plus loin leurs recherches, les journalistes découvraient entre temps d’autres liens intéressants.  „L’actionnaire et membre de GT Goup, Vicam Ltd, est apparue comme étant la gagnante récemment d’une enchère portant sur des millions de barils de pétrole, octroyé par le gouvernement azerbaïdjanais. Il a remporté des contrats lucratifs de travaux publics en Roumanie et a créé un certain émoi quand les journaux ont suggéré que des membres du gouvernement recevaient des actions en échange, ce qu’ils ont effectivement nié”.
Ces vidéos sponsorisées vous sont proposées en fonction de vos critères de recherche et du site Internet que vous visitez.
Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

A propos de VideoStep
Nous aidons les internautes à découvrir des vidéos intéressantes du Web. Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

Le 3 septembre 2010, neuf mois après les faits, on découvre enfin qui se cachait derrière le nom de Lu Zhang, le directeur de SP Trading Ltd, la firme ayant conclu le contrat de livraison. Elle est âgé de 28 ans et c’est… une ancienne employée d’un Burger King d’Auckland ! Comme adresse personnelle, elle possèdait en effet la même que les 2496 entreprises citées ! L’histoire qu’elle raconte aujourd’hui est assez incroyable et dénote du cynisme et des pratiques de Geoffret Taylor et de son entourage : elle avait été recrutée en 2008 par Taylor et ses deux fils dans sa société Global Fin Net, pour y effectuer des tâches administratives seulement. „C’était un travail de base très administrative. Je venais déposer tous les documents, vérifier les e-mails et m’occuper de l’entretien quotidien du bureau.” La lampiste parfaite, visiblement, qui s’est fait piéger en beauté : „elle a déclaré que M. Taylor lui avait expliqué, à elle et à son mari Paul Gao, 27 ans, que son rôle dans l’affaire sera d’intégrer les entreprises avant les vendre à des personnes basées à l’étranger. „La première fois que Geoffrey nous a parlé de „direction” nous ne sentions pas sûrs de nous, parce que nous savions que l’administrateur de sociétés avait des responsabilité.” dit-elle… „Mais nous avons pensé que ça serait OK parce que pour nous, il suffisait d’ouvrir le compte et que cela n’avait rien à voir avec le fonctionnement de l’entreprise”. „Nous avons pensé que c’était peu de chose, ne voulant pas nuire à qui que ce soit. „

Résultat, la signature de la pauvre employée se retrouvera au bas de feuilles de commandes pour 35 tonnes d’armes… pire encore : coincée par la juridiction néo-zélandaise conçue à l’américaine, qui veut que l’on hérite automatiquement d’un réduction de peine en se déclarant coupable, c’est ce qu’elle vient de décider de faire, elle et son mari ! Depuis tous deux sans emploi, car ayant démissionnés.. et coincés : „nous ne sommes rien, nous avons étudié, travaillé dur et en faisant cette petite erreur nous ne savions pas quel tort ça causerait”. „Mais je vais plaider coupable, parce que nous avons à payer l’hypothèque, payer les honoraires de l’avocat et nous ne voulons pas de causer plus de stress notre famille.” Un aveu désolant, affligeant, l’histoire du petit peuple se faisant berner par les riches marchands d’armes. Qui n’hésitent pas sur leur site à se présenter comme dirigeants „humanitaires”, donnant des emplois à des étrangers dans le besoin… affligeant cynisme du patron de GT Group, qui énonce dans son site que „l’ intérêt principal de ces journées est d’encourager les jeunes gens à atteindre le succès en particulier dans le difficile domaine de l’évolution du monde du droit international des affaires „. Ecœurant ! Le couple risque des dizaines d’années de prison avec ses 75 motifs d’accusation ! La „justice” tient ses deux coupables, et la famille Taylor restera certainement impunie, tout va bien dans le pire des mondes ! 
 
Mais ce n’est pas tout encore, le pire est à venir… on est encore loin du compte, ce qui va suivre est plus qu’étonnant en effet. Geoffrey Taylor a déjà été mouillé ailleurs, et dans des événements incroyables survenus en 2008. Mais ça, c’est ce que nous verrons demain si vous le voulez bien : attendez-vous à une énorme surprise. En forme, encore une fois, de crash d’avion comme point de départ…
 (*) 369 Queen St, Auckland 

 (**) ou des „élévateurs” ? Historiquement, en effet, le mot est lié à une affaire de transfert d’armes pendant la guerre Iran-Irak.

 

<!– –>

Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (28) : le pot aux roses du GT Group Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (28) : le pot aux roses du GT Group Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (28) : le pot aux roses du GT Group

13/11/2012 Posted by | Ciocoii de serviciu, Deontologii, presa si serviciile secrete, Diplomatie, Justitie si injustitie, KGB, Ministerul de Interne, Securistii vechi si noi, Servicul de Informatii Externe | Un comentariu

Viktor Bout – Dosar complet de crimă organizată și terorism în limba franceză – ep. 23

Iată ce ascund Traian Băsescu și camarila sa din parchete sau servicii secrete

 Vă prezentăm în continuare, în serial, una dintre cele mai complexe documentații referitoare la crimă organizată și terorism, derulate de celebrul traficant de armament Viktor Bout și complicii săi. Reamintim că celebrul Bout a fost prins de autoritățile americane, judecat și condamnat la 25 de ani închisoare de abia după ce serviciile secrete române (partenere de trafic cu armament ale lui Viktor Bout) l-au trădat. Parchetul General și serviciile secrete române au deschis cu această ocazie dosarul strict secret de importanță deosebită 628/D/P/2005, care și astăzi este ținut la sertarul cuplului Băsescu-Kovesi. Dosarul “Armamentul”, cum este acesta cunoscut,  a fost disjuns în 4 iulie 2005, din dosarul “Răpirea din Irak” și conține date importante din dosarul Țigareta 2. Inclusiv Anexa S207 a dosarului Țigareta 2, secretizată abuziv de Palatul Cotroceni. Iată de ce s-au deplasat în ianuarie 2008 ofițerii DEA USA la București și de ce au lucrat cu procurorii DIICOT la prinderea lui Viktor Bout ! Iată ce ascunde dosarul “Răpirea din Irak” în partea sa secretizată abuziv de Traian Băsescu și mai ales, de ce au fost maziliți procurorii șefi adjuncți ai DIICOT, Angela Ciurea și Ciprian Nastasiu. Iată  motivele pentru care singurii teroriști ai României Omar Hayssam și Mohamad Munaf ( parteneri de afaceri cu Bout și complici ai serviciilor secrete române) au fost scoși din țară sau predați autorităților americane. Ce mai ascund complicii români ai lui Viktor Bout dela Cotroceni și din Ministerul Public ? Veți afla în continuare. Din păcate, informațiile ne-au fost furnizate în limba franceză, neavând timpul necesar traducerii.

Le pire est à venir, vous disais-je hier, après la découverte de ce néo-zéandais fantasque, devenu roi des sociétés-écrans. Le pire est en effet financier. Pour pouvoir acheter ses tonnes d’armes, Viktor Bout a bien dû s’organiser. Pour en particulier trouver des machines à laver son argent sale. Plutôt situées dans les paradis fiscaux, tant qu’à faire. Les Seychelles (ça devrait vous rappeler une grande fortune française), le Vanuatu vont voir fleurir des établissements bancaires qui vont brasser des millions… dans un bureau pas plus grand qu’une cabine d’ascenseur la plupart du temps. Des banques filiales d’autres, dont une va se révéler le pilier du fonctionnement du système Viktor Bout : or c’est la même qui va se retrouver prise dans la tourment d’un des plus grands scandales bancaires américain de ses dernières années. Pour du blanchiment d’argent lié à la drogue : encore une fois les deux domaines se croisent. Viktor Bout n’est que l’émanation de tout un système véreux.

Le pire, c’est ce qu’avait découvert en 2008 un trader plus curieux que les autres. D’une espèce assez particulière : c’était en réalité le directeur de l’unité anti-blanchiment de sa banque, à Londres. L’histoire démarre cette fois avec Stella Port-Louis, 30 ans seulement, autre employée de GT Group aux Seychelles, avec le titre de directrice, entre autre, de Lotus Holding Company Limited . A cet endroit, GT Group dispose aussi de plusieurs adresses : 338 exactement, avec une seule et unique directrice : Stella. Echaudée par ce qui est arrivée à sa consœur, elle prend les devants… et révèle le principe mis en place aussi là-bas, où les adresses se perdent à nouveau au milieu de centaines d’autres. Ses sociétés s’appellent par exemple Petro Tex Ltd, El Mondo Ltd, London Group ou Nelson Trading Lt et sont toutes domiciliées au Level 5, 369 Queen St, Auckland. L’adresse de ST Trading : or ce bâtiment, autre particularité étonnante, appartient en fait à l’armée du salut ! A côté réside Danite Corporate, une autre société de prêtes-noms. La seule rivale possible de Stella étant une autre employée de GT Group, Nesita Manceau, de Port Vila (la capitale du Vanuatu), qui en dirige autant ou presque. C’est la directrice, elle, de SP Trading,la firme mise en cause dans le transert d’armes de Thaïlande, appartenant à Vicam (Auckland) Ltd. Bien entendu le nom de Nesita Manceau fait rebondir sur toutes les autres firmes virtuelles, telle ici BMI Consulting ltd. Son adresse étant alors 72 New Bond Street, Mayfair, London. La liste où elle figure comme directrice est assez sidérante…. elle tient sur 13 pages consécutives….
 Elle aussi, est donc „directrice” de plusieurs sociétés !  USA Today, le 23 février 2007, révèlait que la pratique était déjà courante depuis longtemps, mais au Nevada : „l’analyse de USA TODAY a révélé que plus de 1 000 sociétés au Nevada avaient comme seul dirigeant William Reed, un cadre de 56 ans identifié tel quel dans le procès de la Federal Trade Commission Protection Chaque société avait comme siège de l’entreprise la même adresse”. En 5 minutes et en réglant 95 dollars, vous en créez une, raconte le journal ! Pour Stella, même principe : tout est au rabais. Le site de Lotus Holding Company Limited est la copie conforme de celui de sa firme mère…
 
Les 115 îles des Seychelles, hébergent en effet un nombre incalculable d’adresses de sociétés fictives, au point de mettre en alerte deux sénateurs américains qui dénoncent bientôt ces paravents évidents :  l’actif député démocrate du Wyoming (celui avec les lunettes au bout du nez), Carl Levin, et juste après lui Barack Obama, qui part en campagne électorale sur davantage d’éthique dans le commerce. Rejoints tous deux par le républicain Républicain Norm Coleman, ils tenteront de faire passer un projet de loi (Stop Tax Haven Abuse Act) qui avait pour objectif de mettre fin à la fraude fiscale aux USA (où le le Trésor américain perd, dit-on, 100 milliards par an). Aux Barbades, on s’en gausse. Dans la liste des pays suspicieux cité dans le projet (*) on trouve en 24 eme position… le Vanuatu…. (la Lituanie étant 20 eme). En 2008, le retour de bâton pour les Seychelles et leur laxisme avait été pire que pour l’Islande : l’Etat était passé à deux doigts de la faillite complète. C’est aussi aux Seychelles qu’est située l’île d’Arros rendue célèbre par un dénommé Woerth, en France... „Une centaine d’îles aux plages de sable fin, un tourisme de luxe, le revenu par an et par habitant le plus élevé d’Afrique (8 960 dollars)… Le rêve prend fin.Le gouvernement des Seychelles a dû solliciter le FMI pour faire face au service de sa faramineuse dette de 800 millions de dollars, représentant 165 % du PIB. Seul le Malawi (235 %) fait mieux sur le continent. Le FMI devait approuver, le 14 novembre, un premier financement de 26 millions de dollars destiné à appuyer une série de réformes structurelles…”expliquait Jeune Afrique le 1er décembre 2008. Les adresses d’entreprises fictives ne lui rapportaient rien en taxes, inexistantes…
 
Au même moment, à l’autre bout du monde, un jeune trader, Martin Woods, qui ne fait pas dans le Kerviel, lui, et qui travaille chez Wachovia U.K, la filiale anglaise du gigantesque groupe bancaire américain du même nom s’inquiète soudain du nombres de sollicitations de la filiale des Seychelles de GT Group, qui ne cesse d’envoyer des paiements à Wachovia UK, pour des sommes de plus en plus élevées. La plupart au nom de Vicam, et via des détours complexes. ” iI décrit notamment comment Wachovia avait reçu l’équivalent de 40 millions de dollars via des comptes bancaires lettons, émanant de de quatre toutes nouvelles sociétés néo-zélandaises, ayant toutes leur direction nommé aux Seychelles sous le nom de Stella Port-Louis, et dont l’actionnaire principal étatit Vicam du GTGroupe. Stella Port-Louis n’a jamais répondu à ses requêtes par e-mail. Au final, lassé, Woods à résilié son emploi chez Wachovia, qui n’a fait aucun commentaire. Aucune des opérations détectées n’ont entraîné des mesures de réglementation bancaires”. Sans le savoir, Martin Woods venait de lever un lièvre, un très gros lièvre. Car Wachovia, au même moment, est dans la tourmente. Ce n’est pas l’absence de réponses qui avait inquiété Woods, mais plutôt la passivité de sa direction qui, visiblement, laisser faire ce que lui avait déjà déterminé comme étant bel et bien du blanchiment d’argent. „En Juin 2008 et Mars 2009, Woods a envoyé des notes de service de dénonciation aux autorités de réglementation sur les transactions suspectes présentées par le GT Group”, précise l’article.. en juin 2009, on découvre enfin l’étendue des dégâts chez Wachovia, racheté depuis par… Wells Fargo. Avec une autorisation express accordée par le gouvernement US : celui de Barack Obama, désireux donc de tasser au plus vite l’affaire : ce qu’il enterre, c’est en fait une vraie bombe !
 
Dans la tourmente en effet, et le mot est faible : en mars 2010, Wachovia allait en effet signer un accord avec le gouvernement US pour le paiement de la plus lourde amende jamais adressée à une banque américaine : 160 millions de dollars, pour éviter les poursuites et un procès sur des liaisons évidentes avec les cartels de drogue colombiens. „Le 29 septembre 2008, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) a annoncé avoir facilité la vente par Wachovia de ses activités bancaires à Citigroup. D’après la FDIC, Wachovia „n’a pas fait faillite” et continuera d’opérer ses filiales Wachovia Securities, AG Edwards et Evergreen Investments en tant qu’entreprise privée, côtée. Mais en octobre de la même année, la Réserve Fédérale Américaine a donné son feu vert à une fusion de Wachovia avec la Wells Fargo Bank. Citigroup porte plainte mais après une courte bataille judiciaire, la retire et abandonne son projet de fusion avec Wachovia”. On notera la bien étrange sollicitude du gouvernement via la réserve fédérale pour l’absorption discrète par Wells Fargo, malgré son lourd passé financier. Celui du blanchiment d’argent  ! „Wachovia aadmis qu’il n’a pas vérifié la provenance de fonds illicites dans le traitement de 378,4 milliards de dollars en monnaie d’échange mexicaine de 2004 à 2007. C’est la plus grande violation de la Bank Secrecy Act, une loi anti-blanchiment d’argent, aux États-Unis histoire – une somme égale à un tiers du le produit intérieur brut courant du Mexique…” nous dit le spécialiste Mike Shedlock. Faramineux !
 
Ces vidéos sponsorisées vous sont proposées en fonction de vos critères de recherche et du site Internet que vous visitez.
Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

A propos de VideoStep
Nous aidons les internautes à découvrir des vidéos intéressantes du Web. Visitez www.videostep.com pour découvrir comment vos vidéos peuvent être mises en avant auprès d’une audience ciblée.
N’hésitez pas à nous envoyer vos remarques à feedback@videostep.com.

Wachovia, installée à Charlotte, en Caroline du Nord, au moment où Martin Woods met le nez dans ses affaires est alors le quatrième plus important réseau bancaire aux USA. Et ses activités délictueuses, comme le soupçonnait fortement Woods sont patentes. En épluchant l’historique de la banque, il avait en effet découvert qu’elle avait absorbé une banque Mexicaine, „Casa de Cambio Puebla„, qui était loin de présenter l’assurance d’une gestion sans reproches. „Woods avait raison de soupçonner la Casas de Cambio mexicaine. En mai 2007, la US Drug Enforcement Agency avait saisi 11 millions de dollars que Wachovia détenait dans des comptes bancaires à Miami au nom de Casa de Cambio Puebla. L’agence avait déclaré que les fonds avaient été perdus dans une affaire pénale qui reste toujours complètement hermétiquement fermée près de trois ans plus tard. En Novembre 2007, les autorités mexicaines avaient fermé Puebla et arrêté son directeur, Pedro Alatorre Damy,comme étant le cerveau financier du cartel de Sinaloa au Mexique. Le gouvernement mexicain avait déclaré qu’Alatorre avait financé une force aérienne effective de transport de drogues, y compris un DC-9 capturé avec cinq tonnes de cocaïne à bord et un Gulfstream II qui s’était écrasé dans la péninsule du Yucatan, avec plus de trois tonnes de cocaïne à bord”. Voilà, on y est… la découverte du trader est primordiale : elle nous ramène à la fois à ça, et à la fois à ça aussi. Aux transferts de drogue marqués du sceau de la CIA, et au rôle trouble de l’état de Floride et de ses aéroports comme plaques tournantes. Une banque, gestionnaire de l’argent d’un des cartels de drogue ? On croît rêver, et pourtant !

 
Une banque qui prête de l’argent pour acheter des avions, toute une flotte, qui, le plus souvent ne servent qu’une seule fois ! Achetés notamment au Venezuela par un seul homme. Pedro Benavides Natera, 48 ans, un vénézuélien, celui qu’on retrouve derrière les achats d’appareils servant au trafic de drogue : il sera arrêté à Miami en février 2008. On recense en effet pas moins de 11 avions depuis 2003 achetés par ce seul individu, des avions servant de manière unique à transporter de la drogue, car le plus souvent abandonnés sur place, une fois la dogue transportée, des appareils obtenus chez seulement deux sociétés américaines : Skyway Aircraft Inc. de Clearwater, près de St. Petersburg, Floride, et Planes and Parts Enterprises LLC de Doral, en Floride également, près de Miami également… ce que ce monde est petit ! Naterra était inscrit à la banque dirigée par Pedro Alfonso Alatorre Damy, ancien employé de change à Miami devenu responsable de Casa de Cambio Puebla… je reviendrais bientôt en détail ici même (ou ailleurs) sur ces onze appareils qui ont tous servi à des transferts de drogue, une majeure partie vers… l’Afrique. Des avions, qui, comme au bon vieux temps des Contras et des livraisons à l’Irak ou à l’Iran s’activaient à la place des porte-containers, notamment ceux ancrés à Guantanamo... En janvier 2008, je vous avais expliqué la méthode employée. La même que celle pour le trafic d’armes. C’est en effet à Skyway Aircraft Inc qu’appartenait le DC-9 retrouvé à Mexico avec 4,5 tonnes de drogue à bord, portant des logos d’une administration américaine… aux dernières nouvelles, Parts Enterprises LLC essayait toujours de revendre son Beech E-90 N-1100M saisi par les douanes à Puerto Plata la Union en République Dominicaine, bourré de drogue… un des onze appareils de Pedro Benavides Natera. Tout le système a donc depuis été mis à jour. Des firmes américaines et des banques financent le trafic, et il est impossible que cela puisse échapper à la CIA, qui y est partie prenante.
 
Idem en effet pour les deux propriétaires du Gulfstream N987SA crashé et coupé en deux dans le Yucatan étaient Clyde O’Connor et Greg Smith, deux pilotes mercenaires de Floride. Ils avaient aussi acheté un autre jet, un Hawker 125 numéroté N230TS, qui lui aussi à servi aux renditions flights vers Guantanamo : difficile cette fois encore en ce cas de ne pas soupçonner d’ingérence de la CIA ! Dans l’avion coupé en deux, la drogue était dans 125 sacs militaires ! De 2001 à 2005, l’appareil avait changé cinq fois de regsitration : un coup Connors, un coup Smith sous les noms d’entreprise de Shewcon LLC de Miami, Foride ; Edax Investment Corp. de Nassau, aux Bahamas ; ou de Core Investments de Fort Lauderdale, Floride ! En juin 2005, le fameux Hawker revenait à… Dodson International Parts Inc. de Rantoul, Kansas…. déjà bien connue ici…celle qui avait repeint les 727 afghans d’Ariana ! On tourne en rond avec cette histoire ! Nous revoilà à l’époque de l’assassinat d’Enrique “Kiki” Camarena, un membre de la DEA sauvagement tué (il fut torturé à la perceuse  !) par les narcos trafiquants en 1985, et devenu depuis héros de l’Amérique... 
 
Comme le dit un site, ce qui sidère c’est l’inertie des gouvernements dans ces magouilles : „la chose la plus irritante est de savoir qu’un directeur de Wells Fargo avait signalé ce qui se passait et a été ignoré. Vingt millions de personnes aux États-Unis consomment régulièrement des drogues illégales, pour stimuler la criminalité de rue et les familles démolies. Les stupéfiants coûtent à l’économie des États-Unis 215 milliards de dollars par an – assez pour couvrir les soins de santé de 30,9 millions d’Américains – dans les tribunaux surchargés, les prisons et les hôpitaux et la perte de productivité, explique le ministère. « C’est le blanchiment de l’argent pour les banques les cartels qui finance la tragédie », affirme Martin Woods, directeur de l’unité de anti-blanchiment de Wachovia à Londres, du 2006 à 2009. Woods a raconté qu’il a quitté la banque avec dégoût après avoir constaté que ses dirigeants ignoraient les documents sur les trafiquants de drogue affirmant que l’argent circulait via le réseau de la Direction Générale de Wachovia. „Si vous ne voyez pas la corrélation entre le blanchiment d’argent par les banques et les 22 000 personnes qui ont été tuées au Mexique, vous manquez de jugeote”, condamne Woods. Wachovia et Wells Fargo s’en sont toutes deux tiré pour la raison d’être tout simplement trop grosses pour pouvoir faire faillite. A quoi tient l’économie américaine : Madoff, à côté, est l’arbre qui cache la forêt de magouilles !
 
(*) La liste des pays visés : (i) Anguilla.

`(ii) Antigua and Barbuda.

`(iii) Aruba.

`(iv) Bahamas.

`(v) Barbados.

`(vi) Belize.

`(vii) Bermuda.

`(viii) British Virgin Islands.

`(ix) Cayman Islands.

`(x) Cook Islands.

`(xi) Costa Rica.

`(xii) Cyprus.

`(xiii) Dominica.

`(xiv) Gibraltar.

`(xv) Grenada.

`(xvi) Guernsey/Sark/Alderney.

`(xvii) Hong Kong.

`(xviii) Isle of Man.

`(xix) Jersey.

`(xx) Latvia.

`(xxi) Liechtenstein.

`(xxii) Luxembourg.

`(xxiii) Malta.

`(xxiv) Nauru.

`(xxv) Netherlands Antilles.

`(xxvi) Panama.

`(xxvii) Samoa.

`(xxviii) St. Kitts and Nevis.

`(xxix) St. Lucia.

`(xxx) St. Vincent and the Grenadines.

`(xxxi) Singapore.

`(xxxii) Switzerland.

`(xxxiii) Turks and Caicos.

`(xxxiv) Vanuatu.
 
Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (29) : les vrais responsables, les banquiers du trafic Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (29) : les vrais responsables, les banquiers du trafic Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (29) : les vrais responsables, les banquiers du trafic Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (29) : les vrais responsables, les banquiers du trafic Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (29) : les vrais responsables, les banquiers du trafic
 

08/11/2012 Posted by | Armata, Ciocoii de serviciu, Deontologii, presa si serviciile secrete, Justitie si injustitie, KGB, Securistii vechi si noi, Serviciul Roman de Informatii, Servicul de Informatii Externe | Un comentariu

Viktor Bout – Dosar complet de crimă organizată și terorism în limba franceză – ep. 21

Iată ce ascund Traian Băsescu și camarila sa din parchete sau servicii secrete

 Vă prezentăm în continuare, în serial, una dintre cele mai complexe documentații referitoare la crimă organizată și terorism, derulate de celebrul traficant de armament Viktor Bout și complicii săi. Reamintim că celebrul Bout a fost prins de autoritățile americane, judecat și condamnat la 25 de ani închisoare de abia după ce serviciile secrete române (partenere de trafic cu armament ale lui Viktor Bout) l-au trădat. Parchetul General și serviciile secrete române au deschis cu această ocazie dosarul strict secret de importanță deosebită 628/D/P/2005, care și astăzi este ținut la sertarul cuplului Băsescu-Kovesi. Dosarul “Armamentul”, cum este acesta cunoscut,  a fost disjuns în 4 iulie 2005, din dosarul “Răpirea din Irak” și conține date importante din dosarul Țigareta 2. Inclusiv Anexa S207 a dosarului Țigareta 2, secretizată abuziv de Palatul Cotroceni. Iată de ce s-au deplasat în ianuarie 2008 ofițerii DEA USA la București și de ce au lucrat cu procurorii DIICOT la prinderea lui Viktor Bout ! Iată ce ascunde dosarul “Răpirea din Irak” în partea sa secretizată abuziv de Traian Băsescu și mai ales, de ce au fost maziliți procurorii șefi adjuncți ai DIICOT, Angela Ciurea și Ciprian Nastasiu. Iată  motivele pentru care singurii teroriști ai României Omar Hayssam și Mohamad Munaf ( parteneri de afaceri cu Bout și complici ai serviciilor secrete române) au fost scoși din țară sau predați autorităților americane. Ce mai ascund complicii români ai lui Viktor Bout dela Cotroceni și din Ministerul Public ? Veți afla în continuare. Din păcate, informațiile ne-au fost furnizate în limba franceză, neavând timpul necesar traducerii.

Un volet important, pour l’instant a échappé à notre enquête. Celui du transport de drogue, entrevu seulement lors de l’évocation du transport de tilapias : les poissons frais africains étaient très pratiques pour leurrer les chiens de détection, au retour des avions vers l’Europe. Viktor Bout a effectivement transporté des armes, c’est une évidence, du tentale, c’en est une autre, des fleurs, revendues à un prix d’or dans les émirats, on le sait, des poulets congelés (via sa filière Sud-Africaine et via son fidèle alter-ego Richard Chichakli)mais aussi de la drogue, qui rapporte tout autant que les livraisons d’armes, sinon davantage (que les poulets). La tentation de le faire est venue naturellement, par transport de la drogue locale, en Afrique, notamment du haschich, mais aussi par accord passé avec des cartels bien connus. De la cocaïne, celle qui arrose en ce moment la côte Ouest de l’Afrique, originaire de la Colombie. Et la preuve, nous l’avons retrouvée, sous la forme d’un avion abandonné. Celui qui condamne Viktor Bout, qui a toujours nié avoir tâté de ce genre de transport. L’origine de ce volet drogue au sein de la longue saga repose sur les déclarations récentes, lors d’une arrestation par la DEA et les autorités locales d’un pilote russe, survenue à Moronvia, au Liberia. L’homme est tout simplement le chaînon manquant de la longue saga de Viktor Bout, et c’est aussi le plus compromettant ! Tous les journaux russes lui on consacré des reportages. Ici, on ignore toujours son nom (c’est à désespérer de la presse française également !). L’occasion de découvrir qui il était, donc. Un acteur majeur, dans l’étrange circuit actuel de la cocaïne en Afrique.

Le chaînon manquant, car l’arrestation récente de Konstantin Yaroshenko, c’est son nom, au delà de provoquer la polémique en russie, relie tous les domaines visités sur le sujet entre eux : à savoir la saga de Viktor Bout ; mais aussi celle sur la cocaïne en Afrique de l’Ouest débutée iciavec cet incroyable crash en plein désert. Son histoire personnelle commence par son arrestation le 28 mai 2010, à Moronvia, par des agents de la DEA américaine et les autorités locales, auxquels s’est joint le FBI : cela fait deux ans alors qu’ils pistaient le groupe de dealers et de transporteurs, notamment en Espagne, groupe dont faisait partie Yaroshenko. L’homme qui les accuse détient des preuves enregistrées confondantes. C’est Fombah Sirleaf, le propre fils de la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, un gradé de l’ U.S. Military Academy de West Point devenu agent de la Republic of Liberia National Security Agency („RLNSA”). Bardé de micros, il s’est fait passer pour un des dealers pendant deux années d’enquête, et a suivi les nombreuses réunions préparatoires à l’expédition d’au moins 4,5 tonnes de drogue en provenance d’Amérique du Sud, à savoir du Vénézuela, sur la route de la coke colombienne, vers Monrovia, puis l’acheminement dans un autre avion vers le Ghana. Un dossier en béton, que toute cette histoire, qui met à nu tout un système.
 
Monrovia, en 2003, est l’objet d’un autre trafic connu, cher au dictateur du pays : „aéroport de Monrovia, vendredi 2 mai 2003, 11 h 50 TU. Un quadriréacteur Iliouchine 76, un de plus, se pose sur l’aéroport de la capitale libérienne et stationne en bout de piste, à l’abri des regards indiscrets. Aussitôt, une flottille de petits camions et une vingtaine de militaires s’approchent. Commence alors une noria qui durera deux bonnes heures entre les soutes de l’appareil et le camp voisin qui héberge une unité d’élite des forces du président Charles Taylor. Des dizaines de caisses de munitions, d’armes, d’obus de tous calibres, de missiles et de treillis sont ainsi transférées, prêtes à alimenter la guerre civile qui ravage le pays depuis quinze ans. À 16 heures, l’avion redécolle. Caché dans un coin de l’aéroport, un témoin note ses références précises, EP-TQJ, ainsi que le nom de la compagnie : Queshm Airways. Une enquête complémentaire permettra de savoir qu’il s’agit là d’une compagnie iranienne et que ce vol, qui vient de violer l’embargo international sur les armes à destination du Liberia provient de Téhéran, via Mombasa au Kenya”. Pour une fois, la vente et le transport ont échappé à Viktor. Qui semble s’être trouvé un autre dérivatif. En réalité, il s’est fait doubler, là, par un libanais plus adroit, résidant lui aussi à Monrovia. l’Iliouchine 76 Téhéran-Monrovia que l’on a vu se poser le 2 mai dernier sur l’aéroport de la capitale libérienne est à ce sujet un cas d’école. Il a été affrété par la Kleilat Group Corporation, une société dirigée par un homme d’affaires d’une trentaine d’années, Ali Kleilat. Ce Libanais résidant à Monrovia, propriétaire d’un jet privé, détenteur de plusieurs passeports ordinaires (néerlandais, britannique, vénézuélien…) et diplomatiques (libérien et ivoirien), manifestement fortuné, est à la fois consul honoraire du Liberia au Brésil et conseiller auprès du ministre de la Défense de… Côte d’Ivoire.” Ali Keilat, suivi un peu partout semble-t-il…. (idem en 2010).
 
L’acte d’accusation de la justice de Moronvia est édifiant, en effet, envers les trafiquants arrêtés : selon lui, Chigbo Umeh, 42 ans, un Nigerian, est bien, depuis des années, le courtier organisateur du transport de nombreuses tonnes de cocaïne d’Amérique du Sud vers l’Afrique de l’Ouest, d’où la cocaïne était transportée après vers l’Europe ou ailleurs en Afrique, ou même vers les Etat-Unis où elle pouvait aussi repartir ! Mais on insiste surtout dans ce document sur Salazar Castano, 44 ans, qui est de Colombie, un fournisseur de cocaïne basée en Colombie et en Espagne, et qui, de concert avec ses co-conspirateurs, a envoyé des gros aéronefs commerciaux contenant la cocaïne d’Amérique du Sud en Afrique de l’Ouest, ainsi que de petits avions privés qui partaient des pistes d’atterrissage clandestines au Vénézuela. Yaroshenko, 41 ans, qui est de la Russie, est un pilote d’avion, un expert du transport aérien qui a transporté des milliers de kilogrammes de cocaïne d’Amérique du Sud, vers l’Afrique et l’Europe. Nathaniel French (alias „Frenchman” ou „The Expert”), 51 ans, qui est originaire du Ghana, a aidé les fournisseurs de drogues en fournissant un soutien logistique et la coordination pour les expéditions maritimes de cocaïne à travers l’océan Atlantique. Mawuko, 57 ans, également en provenance du Ghana, a aidé les fournisseurs de drogues par sa connaissance approfondie de la navigation maritime, y compris le développement des routes maritimes qui pourrait se soustraire à l’application de l’action des radars.”Pour ses deux missions, Yaroshenko aurait reçu 4,5 millions de dollars, plus 1,2 million pour acheminer la drogue du Liberia au Ghana, dans un autre appareil : étant donné le prix au kilo de la cocaïne, ce n’est qu’une infime partie de la somme générée par sa vente. Ce qui laisse tout de suite aussi entrevoir Yaroshenko comme pilote éventuel de notre fameux Boeing 727 brûlé en plein désert, les juges libériens affirmant qu’il a déjà effectué plusieurs transports de drogue… Le fameux Boeing, ou l’un des petits bimoteurs qui n’ont cessé de débouler sur la côte africaine comme expliqué sur cette autre saga. L’homme, en effet, a aussi été pilote sur 737 à la KLM, à en croire un des clichés montrés à la TV russe, et avoue avoir „travaillé en Nouvelle-Guinée” essentiellement, comme pilote d’Antonov 32 : bref, il a plusieurs talents à son arc, et semble bien savoir tout piloter : il a commencé sa formation comme pilote d’hélicoptère Kamov !
 
Ce sont les photos montrées complaisamment à la TV russe qui vont en fait le compromettre. A trop vouloir le défendre… car sur une des deux photos fournies par la presse russe, notre pilote pose avec un libérien arborant une chemise aux couleurs du drapeau du pays, devant un appareil d’une compagnie qui s’avère être après de longues recherches un appareil d‘AirMark, une bien étrange entreprise. Elle ne dispose que d’avions anciens, des Antonov 32 et des Antonov 12, quelques vieux 737 et même d’antiques 727, voilà qui semble bien corroborer notre enquête. Elle utilise aussi des petits Casa en Indonésie. Car, surprise, l’entreprise est effectivement… indonésienne, son siège et à Singapour, alors que ses appareils sont tous enregistrés en Moldavie (il sont en ER) ou au Kazakhstan (en UN), et qu’ils sillonnent l’Afrique depuis des années ! Etonnantes apparitions ! On va de surprise en surprise avec ce dossier !
 
D’autant plus que la firme semble appliquer une méthode connue avec ses changements de numéros d’appareils. Au Kazhakstan, la firme a acheté par exemple l’Antonov 12 UN-11650, qui en avril 2005 arborait les couleurs d’ Almaty Aviation Cargo, et en juin 2006 déjà celles de Bismallah Airlines (une société du Bengladesh, si réputée pour ses avions poubelles) ! Elle détiendra aussi un temps l’Antonov An-12B UR-CGV à la si belle livrée bleu foncé, vu partout, y compris à Vatry, et qui aura la fin terrible déjà expliquée à l’épisode 21 de notre saga. La société se fournissait à Chisinau, en Moldavie, et comme intermédiaire pour acheter ses appareils, il y avait Mango Mat Aviation, qui a fourni des appareils à Airmark, derrière lequel se cachait l’homme de main de Viktor Bout, Dimitri Popov, et ses appareils également enregistrés sous des noms „évocateurs” pour l’Afrique tel que Volga Atlantic Airlines (une firme enregistrée au Swaziland !) tel l’9U-BHR, un Antonov 26 vu au Burundi ; en même temps qu’un petit Let Let 410 congolais enregistré sous 9Q-CEU. Les deux étant au nom d’Aigle Aviation, ou d’Eagle Wings, connue comme lié à Viktor Bout (avec „Bukavu Aviation Transport”, „Business Air Services”, basées en RDC, et „Okapi Air”, dont le siège était en Ouganda). L’appareil, soupçonné de trafic d’armes, était arrivé au Bénin à partir de l’Ukraine via Khartoum, le 28 août 2004, et sera vu au Congo sous cette fausse appellation, vite transformée en 9Q-CAW : le numéro d’un Boeing 727 cargo et d’un autre Antonov 26 de Mango Mat, qui se crashera au Congo le 29 mai 2005 ! La signature de la méthode Bout, pourrait-on dire, avec cette valse des enregistrements. Officiellement, Volga Atlantic Airlines appartenait à l’ukrainien Yuri Sidorov et à Fred Rutter. Deux de ses appareils, le 9U-BHO (une immatriculation du Burundi !) et le 9U-BHN avaient dépassé depuis plusieurs mois les dates d’inspections de leurs moteurs alors qu’ils volaient encore. Selon le bureau d’Antonov, aucun des deux appareils n’avait été correctement entretenu. Un Antonov de ce type se crashera logiquement sur ennuis moteurs le 7 juillet 2006 entre Goma et Kisangani. Il portait alors le numéro 9Q-CVT  : à bord il y avait 4 russes et 2 congolais. C’était aussi l’immatriculation d’un DC-9 de Bravo Air Congo, la compagnie jumelle de Bravo Airlines SA !
 
Ceux-là, ou les fameux Skylink Arabia, autre avions notoirement dévolus à la sphère de Viktor Bout et dont un bon nombre sera photographié le 4 avril 2009 par un spottteur doué de bons réflexesà… Chisinau, encore cet endroit, dans le fief moldave du „maître de guerre”. L’Antonov 26 de Sky Link Arabia ER-AVB, l’Antonov 24 d’Air Moldova, ER-46417, l’Antonov 26 d’Air Moldova ER-26046, l’Antonov 24 de Sky Link Arabia ER-AZX, loué à une société moldave, Pecotox Air… une firme signée… Victor Bout. On y voit même les vieux Ill-18 aux hélices bleues si prisés par AirCess et Air Pass, devenus Grixona, l’ER-ICB notamment (devenu vieux machin pourVIPs en ml de finances ?- les photos sont à hurler, à voir le degré zéro des finitions- !). La bonne vieille mule de transport du système Bout ! Sans oublier l’ Antonov 24 de Tandem Aero ER-46508, et encore et surtout l’Antonov 32 d’El Magal Aviation, matricule ST-NSP, qui ressemble comme deux gouttes d’eau avec son dessous de fuselage noir à celui de….Yaroshenko.  Nous reviendrons plus tard sur ce qu’il en est advenu depuis.
  
Tout conduit donc à relier Yaroshenko à la sphère de Viktor Bout. Rappelons que c’est là aussi justement, à Monrovia, que Viktor Bout avait créé en 1996, avant Sharjah son deuxième bureau, voire troisième après le Kazakstan, avec Almaty (et sa société aux Ill-18, Irbis), et la Belgique avec Ostende. C’est à Moronvia également qu’il avait créé Air Cess, une société inscrite au Swaziland (?), et qui opèrera de fait à partir de l’aéroport de Pietersburg, en Afrique du Sud. Les circuits de Viktor n’ont jamais été simples, exprès, pour éviter les poursuites trop évidentes. Etait apparu aussi deux ans après, en 1998, Cessavia, une compagnie enregistrée elle… en Guinée Equatoriale. La vie de Yaroshenko croise trop les endroits où sévissait Viktor Bout pour qu’il n’ait pu ne pas faire partie de son équipe de pilotes… russes. Bout possèdait bien des Antonov 32, dont un, le 9XR-SN, qui ira se crasher le 1er juin 2004 à Kigali lors de son atterrissage, son train s’étant replié sous lui. A ce moment-là, l’appareil était loué par San Air (et non Sonair comme indiqué ici). L’avion avait été détenu l’année précédente par les autorités de Goma pour avoir transporté des armes : ses pilotes et son personnel étaient là encore tous russes : Konstantin en était-il déjà, c’est impossible à prouver pour l’instant, l’enquête à son propos le dira peut-être. Le 29 juin 2005, rebelote : c’est un An-26 qui voit à nouveau son train se replier à Goma cette fois. L’appareil appartenait à Mango Mat, toujours la même entrepise, et était loué à San Air, encore un paravent de notre vendeur d’armes, très présent sur la région.. on le sait, avec les armes, et le coltan. De fortes présomptions donc subsistent sur un Yaroshenko lié aux appareils de Viktor Bout : à voir la furie déclenchée à son égard par les autorités russes pour éviter son extradition aux USA, on comprend vite qu’il est partie prenante de la sphère Bout. C’est l’ancien RA-48109, qui présent lui aussi des similitudes avec les photos où Yaroshenko posait.
 
Cette fois-ci, en effet, c’est plutôt un Antonov 26 qui nous intéresse, et qui relie les deux sagas en cours actuellement. Celui que l’on retrouve le 29 août 2003, posé sur une piste de fortune, dans l’Orange Walk District de l’Etat de Belize, état voisin du Mexique, avec à bord de la drogue, selon la police locale qui le retrouvera pourtant vide. On a tenté de l’incendier. L’avion, resté figé dans la boue, n’avait visiblement pas réussi à redécoller de la piste de fortune où il s’était posé. Or, avant d’atterrir étrangement là, il figurait sous le registre d’Aerocom,sous le numéro ER-AFH et avait même été „spotté” au Portugal sous cette livrée l’année précédente. Visiblement, l’engin savait donc traverser l’Atlantique. Or il n’en a pas l’autonomie. Un Antonov 26 emporte certes 7 tonnes de kérosène mais ne vole que sur 2200 km maximum. Il a donc été modifié sur la circonstance, ou est venu cette fois d’un pays tiers, on songe bien sûr aux pistes vénézueliennes habituelles. L’avion englué sur place affichait bien un numéro d’enregistrement moldave en tout cas. Or Viktor Bout, au même moment, possédait alors sous le nom de JetLine/Aerocom plusieurs An-26B, L’ER-AFE étant bien un An-26B selon les registres moldaves : c’était un UR-26505 auparavant et même l’ex-CCCP-26505 d’Aeroflot. Or ce qu’il y a de très étrange, c’est que cet appareil avait déjà été déclaré „endommagé au-delà de réparations” le 23 décembre 1981 dans un accident survenu à Eniseysk, et ayant coûté la vie aux deux membres de son équipage ! Tout cela conduit à une seule conclusion : Viktor a très certainement tâté dans le secteur du transport de drogue, avec cet exemplaire si proche de ses immatriculations favorites. Il lui suffit en effet de changer une seule lettre pour cet appareil ! A Mikkeli, en Finlande, le le 9 juin, 1998 l’Antonov 32 immatriculé 3D-RTD venu d’ Ras al Khaima, est celui enregistré au nom d’Air Cess, société de Viktor Bout. 
 
En prime, Aerocom avait déjà été pris dans des livraisons illégales d’armes au Liberia de Charles Taylor, faites par l’exemplaire ER-AWN, vu régulièrement a Kinshasa depuis septembre 2003. Le 6 août 2004 les autorités avaient retiré la licence de vol à Arerocom, qui devient alors l’obscure Asterias Commercial, basée en…Ukraine ! Son Antonov ER-AZD est aujourd’hui à vendre !Bout a toujours joué avec les numérotations de ses appareils, on le sait : en juillet 2004, un avion portant le registre EL-WVA a été vu à l’aéroport de Kongolo au Congo, transportant armes et munitions : or en juillet 2002 un Antonov An-8 avait été vu à Kalemie au Katanga portant exactement le même numéro ! Quel est donc cette immatriculation fantaisiste ER-AFE, mystère… mais tout laisse entendre qu’il a bien appartenu à Viktor Bout. Or au même moment, justement, ce dernier a été recruté par les américains pour effectuer des norias pour approvisionner l’Irak, envahie le 20 mars 2003. Le 9 janvier 2007, un Antonov moldave ER-26068 s’écrasait sur la piste de Balad, avec 29 turcs à bord et 1 américain, très certainement abattu par un tir de missile automatisé. Il était d’Aeriantur-M Airlines, encore un autre paravent de Viktor Bout. Yaroshenko, pilote russe d’Antonov 24, 26 et 32 était donc bien le pilote idéal pour poser cet engin sur une piste détrempée !
 
A la télévision russe, on ne lésinera pas pour tenter de le défendre, mais en en faisant un peu trop. En particulier, on montrera des schémas, figurant le trajet du Vénézuela au Libéria, qu’aurait dû effectuer l’ILL-76 qu’avait sélectionné Yaroshenko pour son voyage. Pour l’étape suivante, il avait pris un Antonov 12, selon l’enquête menée. Or ces choix laissent perplexes. Des Antonov 12 savent traverser, en passant par Cap Verde ou les îles Canaries. On en la preuve photographique avec cette photo de quadrimoteur atterrissant à la Martinique prise par… un gendarme français… l’appareil avait été „affrété par le Conseil Général de la Martinique” nous dit la presse, „transportant 12 tonnes de canalisation pour l’Unité de Production d’Eau Potable de la Capot” et était arrivé „ à l’aéroport Aimé CESAIRE le jeudi 14 Mai 2009 à 8h 15″. L’avion, immatriculé UR-CAH, avait été vu le 11 juillet 2010 au Luxembourg, et déjà de retour au Brésil, à Récife, le 2 août de la même année, juste à côté du „fameux” UR-CGV bleuté ! Le 21 août, on le retrouvait aux Canaries, à Las Palmas, son relais obligatoire (avant la Mauritanie ?). L’appareil, de Meridian, voyage semble-t-il énormément : le 8 juin, il était en Israël… Or Meridian, alias Meridian Airways est une société ghanéenne créée à Ostende : difficile de ne pas en faire une firme liée à Viktor Bout ! Selon Wikipedia, Meridian, qui a absorbé ACE (Air Charter Express, autre satellite de Bout) travaille aussipour le ministère anglais de la défense, sur la base de Lyneham” Effectivement : on trouve aisément de beaux clichés du vieux DC-8 de Meridian sur cette base militaire anglaise. L’avion est bien basé à Ostende. En mai 2010, il était encore à Manston, terrain de la RAF, à y étaler la suie de ses anciens réacteurs. A Ostende, on pouvait aussi voir régulièrement l’Antonov 12 UR-CAG, le petit frère du CAH, enregistré chez Meridian. On le croisera partout en Europe, et aussi à Palma de Majorque, son relais vers… l’Afrique. En janvier 2010, un des Meridian était filmé atterrissant à Vatry : c’était l’UR-CGW, vu aussi bien à Liège qu’à Récife.
 
 
L’Antonov traversant l’Atlantique, je l’avais déjà repéré en effet : „Et ce n’est pas fini, car ça continue, les livraisons discrètes : le 18 juin dernier encore un bon vieil Antonov 12 immatriculé UR-CAK est saisi à Kano, au Nigéria. Appartenant à Meridian Aviation of Poltava, anciennement Jet Line International et Aerocom… deux firmes signées Viktor Bout, qui ont participé activement à trafic d’armes vers la Sierra Leone en 2004. Il devait rejoindre la Guinée-Bissau, en venant d’Ukraine. A bord, un chargement d’armes. Quatre jours auparavant, il avait été photographié en Slovénie. Et le 29 mai qui précédait, au décollage de Frankfort. Un gendarme curieux et enjoué qui se prend pour Mermoz (et surnommé „Dieu” par ses collègues !) l’avait photographié en … Martinique quinze jours avant, le 14 mai 2009. En provenance du Cap-Vert (vous savez, là où se promènera… l’Artic Sea, au mois d’août !). En ignorant à quoi il servirait un mois à peine après…. revenu depuis en métropole, notre gendarme „Mermoz” le pistera de plus près, on espère…”
 
En effet, si les Antonov 12 savent traverser avec plus de 20 tonnes à bord, ce n’est donc pas le poids qui a fait privilégier l’Ill-76 à notre pilote russe, mais bien „l’allonge” (son rayon d’action). L’Antonov fait entre 3 600 et 5 700 km selon la charge, et l’ILL-76 franchit davantage en version MD : 6 100km avec un charge utile de 10 tonnes encore, et davantage donc avec 5 tonnes seulement. Yarsohenko ne l’avait pas sélectionné pour sa capacité d’emport (on imagine mal 20 tonnes de coke, à produire déjà c’est assez faramineux !) mais bien pour son rayon d’action. Envisageait-il un trajet Vénézuela-Liberia direct : très certainement : de la frontière de la Colombie à Moronvia il y a en effet 6700 km en ligne droite ! L’endroit idéal de départ se situant au Mayor Buenaventura Vivas Airport, près d’Uribante. Yaroshenko essayait un coup direct, ce qui signifiait aussi que le Boeing 727 incendié avait nécessairement fait un relais au Cap Vert… ce que l’enquête a démontré désormais. Le Cap Vert, où se dirigeait étrangement un cargo qui a défrayé la chronique il n’y a pas si longtemps : personne n’avait pensé que l’Artic Sea aurait pu aussi servir de transport de drogue : c’est assez étonnant : ses flancs creux de double coque s‘y prêtent à merveille, là où les dealers cachent habituellement leur drogue ! Dans les containers, sur le pont, c’est désormais trop… visible.
 
Le projet intercepté à Monrovia était bien de transporter je dirais à nouveau plus de 4,5 tonnes de cocaïne d’un coup d’aile, entre la frontière colombienne et l’Afrique de l’Ouest. Et un des pilotes lié à la sphère de Viktor Bout était dans le coup. Et Viktor Bout également : dans l’acte d’inculpation américain le concernant, on relève cette étrange manipulation financière, au sein de deux banques US, l’une à New York et l’autre à Salt Lake City, via des comptes approvisionnés au Kazakhstan, à Chypre et en Russie pour un total en dépôt de 1,7 million de dollars, pour acheter… un 727 et un 737, en plusieurs versements, au même prix que celui évoqué par les barons de la drogue lors de leur déposition de Monrovia. Acheté à deux firmes de Floride. Deux sociétés américaines. A 275 000 dollars environ, le prix moyen à ce jour d’un quadriréacteur ou d’un triréacteur de cinquante ans en état de vol… ou un biréacteur un peu plus récent, quitte à ne s’en servir que pour un seul voyage : nous revoilà au tout début d’une autre histoire, débutée, je vous le rappelle en plein désert du Mali. Avec un antique 727, sacrifié sur place faute d’avoir réussi à redécoller. Yaroshenko en était-il le pilote ? Beaucoup d’indices concordants peuvent le laisser croire : qu’on ne s’étonne donc pas de la vivacité avec laquelle la justice US lui est tombé dessus. Dans le réquisitoire qui attend Viktor Bout, son aveu pourrait être déterminant.
 
 
Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (26) : Viktor et la coke

27/10/2012 Posted by | Deontologii, presa si serviciile secrete, Diplomatie, Justitie si injustitie, KGB, Securistii vechi si noi, Serviciul Roman de Informatii, Servicul de Informatii Externe | Lasă un comentariu

Viktor Bout – Dosar complet de crimă organizată și terorism în limba franceză – ep. 20

Iată ce ascund Traian Băsescu și camarila sa din parchete sau servicii secrete

Vă prezentăm în continuare, în serial, una dintre cele mai complexe documentații referitoare la crimă organizată și terorism, derulate de celebrul traficant de armament Viktor Bout și complicii săi. Reamintim că celebrul Bout a fost prins de autoritățile americane, judecat și condamnat la 25 de ani închisoare de abia după ce serviciile secrete române (partenere de trafic cu armament ale lui Viktor Bout) l-au trădat. Parchetul General și serviciile secrete române au deschis cu această ocazie dosarul strict secret de importanță deosebită 628/D/P/2005, care și astăzi este ținut la sertarul cuplului Băsescu-Kovesi. Dosarul “Armamentul”, cum este acesta cunoscut,  a fost disjuns în 4 iulie 2005, din dosarul “Răpirea din Irak” și conține date importante din dosarul Țigareta 2. Inclusiv Anexa S207 a dosarului Țigareta 2, secretizată abuziv de Palatul Cotroceni. Iată de ce s-au deplasat în ianuarie 2008 ofițerii DEA USA la București și de ce au lucrat cu procurorii DIICOT la prinderea lui Viktor Bout ! Iată ce ascunde dosarul “Răpirea din Irak” în partea sa secretizată abuziv de Traian Băsescu și mai ales, de ce au fost maziliți procurorii șefi adjuncți ai DIICOT, Angela Ciurea și Ciprian Nastasiu. Iată  motivele pentru care singurii teroriști ai României Omar Hayssam și Mohamad Munaf ( parteneri de afaceri cu Bout și complici ai serviciilor secrete române) au fost scoși din țară sau predați autorităților americane. Ce mai ascund complicii români ai lui Viktor Bout dela Cotroceni și din Ministerul Public ? Veți afla în continuare. Din păcate, informațiile ne-au fost furnizate în limba franceză, neavând timpul necesar traducerii.

Dans tout ce qui a pu être dit sur Viktor Bout, une chose a constamment été oubliée. Le côté russe de l’affaire, même si lui ne l’est pas à l’origine. Il est en effet né au Tadjikistan, rappelons-le. Les dépôts de munitions qu’il a pillé pour remplir ses avions et les envoyer en Afrique provenaient néanmoins tous de l’ancien empire soviétique effondré. Pour ce faire, il a été aidé. Par une véritable mafia russe, mais pas n’importe laquelle : celle qui a transporté de 1991 à 2003 près de 300 tonnes d’héroïne (?) vers l’Europe. Car le volet drogue des allers et retours de Viktor Bout est souvent mis au second plan derrière celui des Kalachnikovs. Or, il y a aussi participé, et la mafia russe qu’il l’a aidé à une particularité fort intéressante : elle s’est alliée avec les Etats-Unis et les neo-cons, et des sociétés privées, qui ont vu en eux une énième façon de déstabiliser le pouvoir Russe. C’est l’une des découvertes majeures de cette enquête, et elle s’appelle étrangement… Far West !

Pour comprendre l’immunité dont a bénéficié des deux côtés Bout, il faut bien trouver aussi un point d’ancrage russophile. Or, ces contacts sont fort particuliers. Ils ne sont pas nécessairement gouvernementaux. Bout, en homme très intelligent, à constamment joué sur tous les tableaux. „Viktor Bout a travaillé avec quelques entreprises de conseil en sécurité américaine depuis 1994 et a contribué à placer la mafia russe dans les relations de travail avec certains d’entre eux. Dans le Caucase, qui a eu une histoire d’implication dans le trafic de drogue, il a collaboré avec Far West, Ltd. Il a ajouté que Far West collabore indirectement avec le gouvernement des États-Unis et ses liens à Far West, Ltd au cours des dernières années semblent avoir eu l’approbation apparente de la CIA”.
 
Far West, émanation de la CIA pour déstabiliser Poutine sur son propre territoire, représentait un allié rêvé pour lui en effet. „Far West est une organisation importante de la mafia russe qui fourni du conseil en sécurité et des services de transport. Elle transporte aussi également des armes et de la drogue. De 1991 à 2003, Far West dit avoir transféré 300 tonnes d’héroïne en Europe occidentale. Vladimir Filin, le chef de l’organisation Far West, a déclaré à un intervieweur Russe que son entreprise a été co-fondée par une importante société américaine. Il a ajouté que Far West indirectement coopère avec le gouvernement des États-Unis”. La drogue, volet oublié de la chasse au Viktor Bout revient frapper à la porte avec force. Il faut bien écouler l’héroïne afghane, en effet, et il faudrait ne pas l’oublier, tant sa production est devenue colossale ! Pour cela rien de tel qu’un contact russe branché directement sur des société américaines. „Nous coopérons avec la partie américaine dans le domaine de transport commercial non sur la base de contrats commerciaux directs entre notre agence [Far West, Ltd] et le gouvernement des États-Unis, mais par l’intermédiaire de sociétés co-fondées par l’agence et une entreprise privée des États-Unis, qui à son tour interagit également avec le gouvernement des États-Unis”. Pour cela il faut des hommes, et ceux que l’on cite du côté US sont Peter Goss et Kyle Foggo  : les pires individus ayant sévi à la CIA ! Kyle Foggo, ancien troisième de la hiérarchie de l’organisation et aujourd’hui en prison pour détournements de fonds publics ! L’un des pires profiteurs de guerre ayant existé !
 
Evidemment, tout le monde pense également à la même entreprise. „Il est difficile de déchiffrer ce que cela signifie, mais le nom d’Halliburton vient à l’esprit. En 2005, lui et deux autres co-fondateurs, Anton Sourikov (décédé en 2009, il serait mort empoisonné) et Alexei Likhvintsev, ont rendu visite au président Bush à la Maison Blanche. Par la suite, lui et ses partenaires ont déplacé leurs bureaux à Dubaï et en Europe pour échapper à une arrestation possible. Sourikov est considéré comme un officier à la retraite du GRU russe, ainsi que comme un politologue qui s’oppose à Boris Eltsine et Vladimir Poutine. Il admet une connexion avec l’agent de la CIA Fritz Ermarth (de la Rand Corp), qui a siégé au Conseil national de sécurité à deux reprises et a pris sa retraite en 1998. Lors d’une conférence de 2003 à Genève, Sourikov a été accusé d’être un homme de la CIA”. Ouh là, avec Fritz Ermath, on tombe tout de suite dans du lourd, comme on va le voir : mais d’abord étudions le fonctionnement global de Far West, en rappelant au passage ce qu’à fait Sourikov. En 1999, il avait réussi à faire contacter un leader tchétchène et Alexandre Voloshin, un des conseillers de Poutine. L’intermédiaire avait été Adnan Khashoggi, le marchand d’armes saoudien. Selon certains, la rencontre avait été chapeautée par les services secrets français, et réalisée dans une villa du sud de la France. L’homme avait donc un poids certain, devenu entre temps expert de „l’Institut des problèmes de la mondialisation”… en 2001, coup de tonnerre : il accuse le régime de Poutine de faire collusion avec la mafia de la drogue !
 
Et il n’y va pas avec des gants. „Dans une interview publiée la semaine dernière (en date du 29 mai 2001) de l’hebdomadaire « Les Nouvelles de Moscou” („Moskovskie Novosti”) l’ancien militaire russe et officier du renseignement Anton Sourikov a affirmé qu’une partie importante de la drogue produite en Afghanistan avaient été expédiée directement à partir de la frontière tadjike de la capitale Douchanbe,à bord des avions militaires, des hélicoptères, et des trains russes. Sourikov a ajouté : « Vous pouvez être sûr d’un accord avec les fonctionnaires des douanes afin que la recherche des militaires dans les avions de transport reste purement formelle. C’est la même chose pour les convois de trains transportant une cargaison militaire de la Russie auTadjikistan]. „L’armée russe trafiquerait ? Voilà qui est passionnant ! Mais voilà qui n’est pas très surprenant, car elle n’est pas la seule. „En face” ils font la même chose ! 
 
Voilà qui n’est pas commun et qui explique peut-être pourquoi ce homme est mort à 48 ans seulement… car il expliquait la même chose pour les russes que pour les américains, ce que les mafieux russes ne se privent pas d’expliquer non plus. Déjà, en 1996, voilà comment il avait résumé Eltsine, qui se méfiait de son armée : „un des principaux problèmes de l’armée est que son commandant en chef, B. Eltsine, considère les forces armées non pas comme un moyen de défense du pays, mais comme le sien. Puisqu’il considère que l’armée ne lui est pas loyale, une grande partie du budget va au Ministère de l’Intérieur”. Remarquez, le 21 septembre1993 ; des militaires avaient tenté de renverser le président russe.
 
Récemment Filin a donné quelques détails sur Pravda.info sur comment travaille Far West, et a révélé que l’entreprise avait été co-fondée par „une sous-division d’une société américaine bien connue. „Il a dit que nouveau contrat de la société est lié au transport sécurisé d’expéditions commerciales en provenance de l’Afghanistan, où Far West à un bureau, via des ports sur la mer Noire. En Afghanistan il affirme bien connaître la base aérienne américaine de Bagram. Elle est reliée par un pont aérien avec un certain nombre d’autres bases aériennes des États-Unis. Ou par exemple, avec la plus grande base de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, avec un atterrissage intermédiaire à Chkalovsk, dans la région de Moscou. Mais la route la plus commercialement attractive semble être celle de Bagram vers les États-Unis et via la base aérienne de Magas, au Kirghizistan. Soit dit en passant, c’est tout à fait près de la base aérienne russe de Kant. Un flux important d’expéditions passe par Manas, il y a un créneau pour des expéditions commerciales de plus. Ceci est très rentable. Il est beaucoup plus rentable que l’acheminement des expéditions commerciales de l’Afghanistan par leTadjikistan. Par conséquent, l’année dernière Nous avons complètement retiré toute forme de navigation par leTadjikistan et fermé notre bureau dans ce pays”. C’est avec ce genre de localisation qu’on retrouve le rôle vital de l’Azebaïdjan, ou ici de Manas au Kirghizistan, et son „Transit Center”…. Une base dont le premier nom déjà résume le problème : elle s’intitulait Ganci, du nom du New York Fire Department Chief Peter J. Ganci, Jr, pompier tué dans les attentats du WTC : un problème juridique a fait que ce nom de civil n’a pas pu être collé au fronton d’une base militaire qui est donc devenue Manas, ouverte dès le 16 décembre 2001 (et donc dédiée au soutien aux approvisionnements de l”Afghanistan. Devenue une „Galaxy gaz station”, la base ravitaille en essence les gros porteurs US.
 
Evidemment, chez Far West on ne travaille pas directement avec l’armée mais avec des intermédiaires. „Filin et Likhvintsev font des affaires avec l’étranger via des compagnies militaires privées (PMC) : – Meteoritic Tactical Solutions (Afrique du Sud) – en Angola ; – Kellogg « , Brown & Root » (KBR Halliburton) – en Colombie, en Afghanistan, au Kosovo, en Géorgie, et en Irak.- « » (Diligence LLCcontrôlé par le koweïtien Mohammed Al-Sagar, – en Irak). La coopération avec ces entreprises a commencé à la fin de 1994 en Angola à l’initiative de Victor Bout, qui a été impliqué dans les livraisons d’armes de fabrication soviétique au groupe antigouvernemental UNITA en échange de diamants bruts. Apparemment, Bout s’est intéressé aux contacts avec Likhvintsev (Likhvintsev a travaillé en Angola en 1986-87)”. Et voilà comment à a commencé : dans le commerce des armes, l’extrême droite est prédominante : logique de trouver en Russie des interlocuteurs du même tonneau. 
 
Et parmi les contacts, comme par hasard des „sous-produits” civils de la CIA : les paravents habituels. „Diligence LLC, une société militaire privée (SMP), pourrait être décrit comme un „spin-off” (un dérivé) de la CIA : Diligence a été fondée par William Webster, le seul homme à avoir été à la fois à la tête de la Central Intelligence Agency (CIA) et du Federal Bureau of Investigation (FBI). Mike Baker, son directeur général, a passé 14 ans à la CIA comme agent spécialisé dans la lutte antiterroriste, pour des opérations sur le terrain et les opérations anti-insurrectionnelles. Bruner Whitley, son chef d’ exploitation à Bagdad, a été à un moment responsable de la CIA en Irak.”  On ne peut faire plus clair : l’ancien dirigeant de la CIA en Irak est devenu le dirigeant d’une société privée… dont on se doute qu’elle a gardé des liens privilégiés avec l”ancien employeur de notre homme. En fait, Diligence LLC est un repère de néocons et de bushistes. C’est l’ancien dirigeant de la CIA à, Bagdad, Whitley Bruner, par exemple, qui dirige les opérations de Diligence en Irak.

Evidemment aussi, tout le système bénéficie de soutiens politiques qui ne peuvent être démocrates. „Son partenaire chez Diligence Middle East (DME) est New Bridge Strategies, dont l’impact politique a été décrit ainsi par le Financial Times : New Bridge a été créée en mai (2003) et s’est attiré l’attention du public en raison des poids lourds républicains de son conseil d’administration – plus ou moins liés à l’une ou l’autre de l’administration Bush, ou à la famille elle-même. Notamment Joe Allbaugh, le directeur de campagne de George W. Bush pour la présidentielle, Ed Rogers et Lanny Griffith, l’ancien aide de camp de George H.W. Bush. Joe Allbaugh, le co-président de la société, a également été chef de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), le jour du 9 / 11 septembre, et même jusqu’à Mars 2003, le mois où les Etats-Unis ont envahi l’Irak”. On croirait lire la liste-bis des membres de la Chambre de Commerce de l’Azerbaïdjan….

 

Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (25) : Viktor et la mafia russe Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (25) : Viktor et la mafia russe Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (25) : Viktor et la mafia russe Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (25) : Viktor et la mafia russe Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (25) : Viktor et la mafia russe

24/10/2012 Posted by | Ciocoii de serviciu, Deontologii, presa si serviciile secrete, Diplomatie, Justitie si injustitie, KGB, Securistii vechi si noi, Serviciul Roman de Informatii, Servicul de Informatii Externe | Lasă un comentariu